mercredi 25 mars 2015

Vidéo : conférence d'Eric Zemmour à Rome (Italie) le 14 Mars 2015

Conférence à Rome du 14 mars : Eric Zemmour: "la femminizzazione della società e la rivoluzione in arrivo"



.

49 commentaires:

  1. Du grand Zemmour : vrai et lapidaire !

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour la vidéo. Encore du très bon Eric Zemmour.


    PS: La femme à côté de lui a un sourire ravageur et un très joli décolleté. ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je me demande s'ils ont fait exprès de lui assigner une charmante traductrice lorsqu'il se plaint de la féminisation de la société :-)

      En tous cas intéressant de l'entendre expliquer son point de vue sur la question (c'est probablement l'une des ses idées que je partage le moins - même si sur le fond je comprends son raisonnement je trouve qu'il est un peu trop caricatural - mais il a de bons arguments).

      Par contre petit carton rouge de ma part pour son introduction nostalgique de l'époque où l'Italie était française. Si j'étais italien je ne suis pas certain que j'aurais apprécié...

      Supprimer
    2. Je suis le seul ici à partager son opinion concernant la féminisation de la société et les conséquences qui vont avec? Opinion que j'avais déjà avant de le voir pour la première fois en compagnie de Michel Pollac.
      Attention hein je ne prétends nullement que la société d'avant était sans défauts!

      Eric Zemmour pense que la France s'est voulue à plusieurs reprises être la continuité de l'empire romain donc bon faut pas le prendre autrement.

      Supprimer
    3. Un Italien peut prendre cela pour un compliment. L'Italie est un pays merveilleux, les Italiens sont charmants et les Italiennes aussi, notamment la traductrice. La langue italienne aussi.

      Supprimer
    4. @ Anonyme 26 Mars 2015 22:47

      Bah en même temps, la plupart des Italiens aujourd'hui- et à l'époque - considèrent Napoléon comme un enfant de l'Italie, un lointain cousin (ce qui est vrai, du reste) donc bon...^^

      Et il faut voir là la signature "Z comme Zemmour" ; d'entrée, il intéresse l'auditeur en rappelant l'Histoire ! ^^

      Supprimer
    5. ...de l'époque où l'Italie était française...Bonaparte a libéré l'Italie....des autrichiens.
      Gervais

      Supprimer
    6. Mais qui donc est-elle, quel est son nom ???

      Supprimer
  3. La pensée des mentalités axé sur la virilité masculine, le patriarcat de Zemmour se distingue de celles consensuelles ou prétendues telles d'aujourd'hui. Néanmoins, selon l'histoire du libéralisme, ce qui le caractérise idéologiquement ce libéralisme qui n'est pas le capitalisme proprement dit c'est son application à développer la notion d'individu d'abord avec la famille bourgeoise au 19ème siècle puis après de plus en plus tout seul entre 1930 et de nos jours comme être autonome sans l'image du père, l'encrage familial, identitaire, sans l'État.

    Le libéralisme est un entreprise de déracinement progressif qui s'est en partie inspiré de la transcendance chrétienne qui avait pour but au moment de son apogée de séparer la cité de Dieu parfaite de celle imparfaite de la cité des hommes selon la construction de Saint Augustin l'un des pères de l'église catholique.

    Il y a eu évidemment un patriarcat catholique, un patriarcat libéral à la source tout au moins.

    L'intention d'égalité comme possibilité de la liberté associé à la révolution française est donc lié aussi à la transcendance religieuse chrétienne. Évidemment, tout cela ne touche pas la conséquence propre de la première guerre mondiale et les transformations du capitalisme quant à une probable féminisation des sociétés occidentales précisément européennes.

    Le pacifisme occidental des années 50 et 60 trouve dans les deux guerres mondiales sa source fondamentale comme quoi la lutte contre la destruction nucléaire n'en n'était que la suite et tout aurait commencé pour ce -pacifisme féminisant- après 14-18.

    É.Zemmour fait réfléchir tout comme un Nietzsche, un Marx hier, comme tous ceux qui dérangent depuis toujours entre ceux consacrés et les moins consacrés d'aujourd'hui donc diabolisés.

    La liberté de pensée n'a pas besoin d'inquisition donc échec des bien pensants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si je ne pense pas qu'on puisse honnêtement comparer Zemmour à Nietzsche et Marx - je comparerai plutôt Zem' à un Lucien Prévost-Paradol (qu'il cite d'ailleurs dans "Mélancolie française") ou à un Jacques Bainville (qu'il cite sans cesse) -, j'avoue être toujours autant fasciné par son intelligence et sa rapidité d'éxécution dans le travail. Là dans cette conférence, il reprend un peu les analyses qu'il avait livré dans la conférence-débat "Hommes/femmes" face à Chantal Delsol.

      Soit dit en passant, tout le contraire de nos gauchistes essayistes qui écrivent des livres nullissimes et pauvres stylistiquement, et qui, bien souvent, se mettent à 2, 3 ou 4 pour écrire un livre, montrant ainsi qu'ils sont des moutons, des êtres sans honneur et grégaires. Zemmour se lit bien et c'est tout à son honneur ! Et j'aime qu'il soit clair et parfois sans nuances : ça manque dans notre société où le moindre débat est aseptisé, ouaté.

      Supprimer
    2. É.Zemmour développe une pensée autour de ses intuitions, ses lectures depuis ses 20 ans, c'est la base de tout, il fait plus qu'être un journaliste libéral fabriqué en série. Dans une époque ou la gauche est en voie de disparition, gauche et droite s'accordent à un libéralisme et a ses vérités difficilement contestables dans les médias. Zemmour n'alimente pas le moulin libéral tout en réfléchissant dans le sens contemporain comme un peu disons un Alain de Benoît tout en étant plutôt un souverainiste français.

      Il y a un conservatisme qui se dégage chez É.Zemmour. Or, le conservatisme intégral qu'on soit pour ou contre permet de rendre visible des réalités qui autrement sont invisibles dans le libéralisme ou néolibéralisme comme par exemple la fonction positive du père, la condition masculine dans le monde moderne. Comment les nouveaux adultes pourront se construire si le modèle paternel est réduit voire à une tâche ménagère, davantage mieux à une fonction sociale au travail qui réduite à un salaire se détermine au bout du compte à la capacité de consommation qu'il procure? Tout cela est un peu vide à travers un sentiment national devenue l'outil des fascismes et prohibé selon les ondes médiatiques et qui prive alors les familles de cet horizon.

      Les sociolibéraux de Vall sont totalement muets face à ces réalités d'autant qu'il y ajoutent leurs touches d'inquisition pour faire taire les récalcitrants.

      Supprimer
    3. Sur l'identifiant anonyme, il est heureux de le maintenir. C'est le plus simple et immédiat d'utilisation en soi et pour les francophones sur tout le web en termes d'utilisation lorsque non citoyen français. Et puis, anonyme ne nourrit pas pour l'essentiel de grandes multinationales américaines qui colonisent tant le web.

      Merci de maintenir l'identifiant anonyme. La simplicité est appréciée sans avoir de plus (avec les autres arguments) à se taper un code chiffré et lettré à conserver.

      Supprimer
    4. Mettez au moins une signature à la fin...

      Je n'écrirais pas que la fonction traditionnelle du "père" est "positive", mais "nécessaire". Je comprends les gens qui ont brisés les "tabous", mais certains sont "nécessaires" pour que la société tienne debout. C'est pas une question de bien ou de mal (sur ce sujet les deux extrêmes se trompent totalement selon moi).

      Dire qu'un fait est positif quand un autre que soit le voit comme négatif car pense en subir les mauvaises conséquences, lui donne envie de détruire ce qu'il pense être la cause de ses malheurs.
      Faut pas oublier que l'on se forge aussi son propre caractère durant la période où l'on se cherche en entrant en conflit ouvert avec ce qui représente l'autorité.
      On se forge en transgressant (évidemment dans une certaine mesure).

      Je pense qu'il faille remplacer le fait de dire que c'est "positif" par le fait de faire comprendre que c'est "nécessaire". Après c'est pas ça qui va régler tous les problèmes liés à l'enfant-roi, mais c'est un début...

      Supprimer
    5. harry callahan27 mars 2015 à 03:43

      Peut qu'il s'agit plus de recherche de limites que de transgression.

      Supprimer
    6. La transgression est sensée provoquer une limite que l'on se fait imposer par les plus expérimentés.

      Supprimer
    7. @ Anonyme26 mars 2015 23:01

      Non mais je n'ai jamais réduit Eric Zemmour à sa seul qualité de journaliste. Bien entendu qu'il est bien plus qu'un journaliste et que sa dimension nationale (et ici européenne) révèle quelque chose de plus. Pour autant, le comparer à des grands penseurs comme Nietzsche et Marx, c'est aller trop loin. Zemmour, toutes proportions gardées, est un essayiste qui restera, à l'égal d'un Alain Peyrefitte en son temps, d'un Prévost-Paradol, d'un Bainville. Mais il n'a jamais produit d'oeuvres aussi grandioses que "Humain, trop Humain" ou "Le Capital". Du moins, pas encore... ;)

      Supprimer
    8. harry callahan28 mars 2015 à 22:46

      Vous n'etes pas obligé de transgresser pour trouver des limites kami...

      Supprimer
    9. Moi non, mais il y a beaucoup de gens qui ne s'arrêteront pas devant certaines limites tant qu'ils ne se les feront pas imposées.

      Supprimer
  4. Italienne d'origine, je voudrais saluer la classe et l'extrème compétence linguistique de la
    traductrice.
    Aux antipodes de ...Mélenchon. Honte à lui pour son coup bas qui a entrainé la suppression de
    "Ca se dispute", qui nous manque cruellement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord avec vous pour la remarquable participation de la traductrice, mais le licenciement de Zemmour incombe entièrement à ITélé. Mélanchon est dans ce triste rôle que jouent la plupart des politiciens et leurs porte-voix. "Calomniez, calomniez il en restera toujours quelque chose."
      Jean

      Supprimer
  5. Du Zemmour comme quand il a tout son temps. Même si la traduction non simultanée (alternative ?) lui donnait un air quelque peu sentencieux sur lequel d'aucuns ne se gêneront pas d'ironiser. Un Zemmour qui s'exprime clairement, qui nous fait regretter que cela ne se produise pas plus souvent dans la forme, et plus régulièrement dans l'espacement de ses interventions. J’aimerais bien assister à une de ses conférences. Il devraient en donner en dehors des périodes de publications de ses livres. N’y a-t-il pas eu une séance de questions du public ? Je n'ai pas une grande expérience du métier de traducteur, mais je peux affirmer que cette dame était loin d'être une "traduttore traditore". La traduction au mot à mot, grâce au verbatim qu’elle avait appris par cœur, était même agrémentée d'un respect des intonations de Zemmour. Un modèle de fidélité et parfois de connivence. Et ce décolleté ! Je pense qu'il a dû déguster en rentrant à la maison.
    Pour être plus sérieux, je regrette qu'il n'y ait pas dans le « milieu médiatique », une contradiction à sa hauteur. Que rien ne soit fait pour qu’il soit organisé. Je suis très sensible à l'argument du choc des cultures dont l'une est castrée : la nôtre. Je ne connais personne qui puisse parvenir à me convaincre que ce qu'il dit est faux, mais j'aimerais quand même qu'il y ait quelqu'un en contradiction. Dans le respect du débat, sans coups bas justement, sans ironie à la Domenach, sans insultes à la Pleynel, sans grandiloquence à la Askolovitch . Quelqu'un qui nous expliquerait que tout cela est faux, qu'il pense que tout va bien et qu'on se fait du souci pour rien.
    Merci d'avoir rétabli la fonction anonyme, qui sauf erreur de ma part avait disparue ces derniers jours. Il se trouve que j'ai eu également des bugs, 2 identiques et inhabituels au sortir de ce blog, sur 2 PC différents, sous windows7, en deux régions de France différentes. Une coïncidence sans doute qui n'a rien à voir j’espère avec une tentative de piratage de ce blog essentiel.
    Jean

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. harry callahan26 mars 2015 à 12:39

      La societe actuelle marche. Choc des cultures ou pas, castree ou pas.
      Donc le probleme n'existe pas.

      On a pas atteint un pallier ou elle est remise en cause, et beaucoup de gens feront tout pour que ca n'arrive pas. Vu que ca marche pour eux...

      Supprimer
    2. @ Jean

      Intéressant, votre commentaire.

      Pour répondre sur la question de la féminisation de l'Occident, Zemmour dit bien que ce sont des cycles et qu'il y a à chaque fois une réaction, terrible ou pas, mais une réaction quand même. Tout cela n'est pas linéaire, on est loin d'une fin de l'Histoire. Vu d'une certaine manière, c'est paradoxalement rassurant : cela veut dire que le Dernier Homme que Nietzsche craignait n'arrivera pas, malgré la volonté de tous les moutons grégaires et grégarisés du monde.

      Sur la question de la décadence, je serai plus nuancé que Zemmour. La principale des preuves à mon appui étant qu'en tout temps, à toutes époques, on a dénoncé une décadence. Toujours les Anciens ont dénoncé la décadences des Modernes. Et ces mêmes Modernes devenus Anciens dénonçait la décadence des nouveaux Modernes. Dans "Le Livre du courtisan", Castiglione explique bien que les Anciens à son époque, les vieux quoi, considéraient les nouvelles générations comme dépravés, molles, ce qui était faux bien entendu. Tout simplement, parce que les anciens ne voient souvent que les défauts des plus jeunes et pas les qualités - et c'est aussi un des défauts de Zemmour qui l'oppose à Maffesoli ; contrairement à ce dernier, il ne voit pas la vitalité de la jeunesse, vitalité pourtant bien réelle. Zemmour ne voit que les défauts et il a raison ; Maffesoli ne voit que les qualités, et il a raison aussi !

      Supprimer
    3. harry callahan28 mars 2015 à 05:25

      La forme change et egare le regard des plus vieux. Les jeunes ressemblent toujours aux vieux...Quand ils etaient jeunes.

      Cela dit Zemmour critique plus l'epoque que la jeunesse.

      "Phase basse du cycle oblige" peut etre...

      Supprimer
    4. Nous sommes dans une époque où le niveau de la médiocrité fait que baisser. Et puisque l'idéologie dominant la société actuelle encourage cette médiocrité...

      Supprimer
  6. @"La société actuelle marche. Choc des cultures ou pas, castrée ou pas.
    Donc le problème n'existe pas."
    Pourriez-vous développer. Juste pour me permettre de déterminer si c'est de l'humour désespéré ou ce que vous pensez réellement. Le "vu que ça marche pour eux" plaiderait pour la première impression. Mais dans tous les cas votre point de vue est respectable.
    Jean

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. harry callahan26 mars 2015 à 15:48

      C'est un peu du cynisme...Vous m'avez compris.

      C'est aussi une facon de souligner que dans le discours, il y a volontairement negation des problemes, surtout ceux des autres ("on a pas fait assez de pedagogie, on a pas assez expliqué")...Processus courant.

      Supprimer
    2. H.Callahan quand vous dites " il y a volontairement negation des problèmes"
      peut être que les problèmes que vous évoquez ne sont effectifs que pour trop peu de gens, c est une éventualité que vous pourriez peut être envisager.
      néanmoins, j en conviens, ça doit être terrible de se sentir castré.

      Supprimer
  7. J ai l impression qu il n y a que des hommes pour parler du féminisme.
    Je pense qu il faut changer la société quant à l emprise de l homme sur la femme dans.certaines cultures.
    Ce que critique EZ c est la démission des hommes question responsabilité.
    Dans beaucoup de famille l image du père n est pas très bonne soit il est désintéressé de sa famille soit il exerce un autoritarisme qui desequilibre la famille.
    Pour moi le problème n est pas la féminisation de l homme mais son éducation vis à vis des femmes.
    Dans les banlieues l éducation des garçons est une catastrophe. C est peut être pour ça qu on tombe dans l extrémisme de la féminisation.
    C est aux hommes de trouver le juste milieu et de considérer les femmes pas comme des canons de beauté , vos remarques sur la réductrice le prouvent, mais comme un homme à part entière.

    RépondreSupprimer
  8. Erreur: traductrice

    RépondreSupprimer
  9. "J'ai l'impression qu'il n'y a que des hommes pour parler du féminisme."

    Il est où est le problème?


    "Je pense qu'il faut changer la société quant à l'emprise de l'homme sur la femme dans certaines cultures."

    Moi et d'autres personnes attendons que vous alliez changer par la force les cultures que vous qualifiez de persécutrices. Il est clair que vous n'essaierez même pas car vous attendez que ce soit des hommes qui usent de leur force brute pour imposer votre idéologie aux cultures qui ne sont pas la nôtre. Force brute des hommes que vous méprisez tout le temps...


    "Ce que critique EZ c'est la démission des hommes question responsabilité."

    Faites preuve de cohérence étant donné que vous êtes pour que l'homme soit responsable, mais à condition que ce soit uniquement dans vos intérêts.


    "Dans beaucoup de famille l'image du père n'est pas très bonne soit il est désintéressé de sa famille soit il exerce un autoritarisme qui déséquilibre la famille."

    Il n'est pas désintéressé car par exemple il travail pour nourrir sa famille. Et dès qu'il y a un homme qui ne se comporte pas comme une femme vous l'interprétez comme de l'autoritarisme.


    "Pour moi le problème n'est pas la féminisation de l'homme mais son éducation vis à vis des femmes."

    La plupart des hommes sont dorénavant éduqués à la mode féminine, et ce même à l'école. Manifestement cela ne vous suffit pas...


    "Dans les banlieues l'éducation des garçons est une catastrophe."

    Faites savoir comment vous prétendez la changer... En mettant un agent de surveillance chez les gens peut-être?


    "C'est peut-être pour ça qu'on tombe dans l'extrémisme de la féminisation."

    L'autorité de l'homme blanc sur la famille fait que baisser, mais le féminisme, lui, fait que grimper. Faudra penser à vous trouvez une excuse plus crédible...


    "C'est aux hommes de trouver le juste milieu et de considérer les femmes pas comme des canons de beauté, vos remarques sur la traductrice le prouvent, mais comme un homme à part entière."

    Personne ici n'a réduit cette femme à sa beauté, hormis dans votre imagination... Et on est pas d'affreux pervers violeurs potentiels uniquement parce que nous apprécions son physique et la tenue vestimentaire qu'elle a choisit elle même comme une grande.


    PS: Ce n'est pas parce que vous avez acceptée la soumission au nom de l'amour que c'est le cas de tout le monde, ni de la plupart.
    Vous devriez régler vos problèmes de famille au lieu de faire de vos faiblesses une idéologie...

    RépondreSupprimer
  10. @opium Il y avait bien entendu une part de provocation et d'humour à ma façon (car je ne suis pas très doué dans cet art) en louant, en plus de sa prestation professionnelle, le charme de cette personne. Je n’ai pas eu tort de penser que ça allait faire réagir. Ce point de vue de la société qu’exprime Zemmour est à prendre sous un angle psychanalytique, même s’il a des conséquences politiques. Je n’aurais pas la prétention de vous faire un cours sur ce qu’il a voulu dire, mais en tout cas soyez assurée, qu’il est lui-même à la maison un papa gâteau, qu’il pense à acheter le pain avant de rentrer et que, comme beaucoup d’entre nous, ne fait l’amour à sa femme que quand elle en a envie. La situation des femmes dans les banlieues en plus de faire partie de la délinquance en général, touche des populations qui n’ont pas été « contaminées » par le féminisme, qui continuent à se comporter avec les femmes avec la brutalité d’avant. Je suis de la génération qui a appris à force de pédagogie à regarder sans toucher. Et je ne vous dis pas les mini jupes d’autrefois…
    Jean

    RépondreSupprimer
  11. "soyez assurée, qu’il est lui-même à la maison un papa gâteau, qu’il pense à acheter le pain avant de rentrer et que, comme beaucoup d’entre nous, ne fait l’amour à sa femme que quand elle en a envie."

    Exactement.


    "Je suis de la génération qui a appris à force de pédagogie à regarder sans toucher."

    Le délire "moderne" va tellement loin qu'il ne faut même plus regarder, car autrement vous êtes un violeur potentiel, ni même en parler...

    RépondreSupprimer
  12. @Kami. Ce n est pas mon cas personnel qui au début etait plutôt un compromis qu une soumission et qui à la longue est parti en déliquescence qui est à l origine de mon discours. C est l observation de mon entourage, famille et amies.
    Beaucoup d hommes, je ne dis pas tous, ont une impression de supériorité.
    Par contre il y a un cas où la femme ayant apporté beaucoup d argent par héritage , l homme est en retrait .
    Au sujet des remarques sur le physique, avez vous entendu les problèmes que les femmes subissent dans les transports que j ai moi même subit dans le métro parisien.
    Vous ne croyez pas que cela pousse au féminisme par rejet de ces pratiques. Ne parlons pas des viols assez rares dans les trains.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Assez d'accord avec vous opium ysl, mais aussi d'accord avec le point de vue de Kami (je me situerai pile entre les deux en nuançant vos deux discours ^^).
      Mais pas du tout d'accord avec le dernier paragraphe de votre intervention. N'avez-vous pas l'impression que les féministes ne visent UNIQUEMENT ET SEULEMENT que ceux qu'elles appellent avec délectation et horreur le "mâle blanc hétérosexuel" (il ne manque plus que le terme "beauf" dans leur discours pour obtenir le fond de leur pensée) ??? Or comme vous le dîtes bien, elles subissent en grande partie les discours de rejet de la femme, mais en majeure partie PAR les pépites de l'immigration !! Et JAMAIS dans leur discours n'est abordé la question migratoire, la question de la violence des immigrés envers les femmes, surtout quand elles sont blanches et aiment s'habiller sexy, car considérés comme de la sous-race, des "putes", des "salopes", "ne portant pas le voile". Là est notre point de désaccord et là est le problème avec le mouvement féministe moderne qui n'osent pas s'attaquer par pleutrerie et bien-pensance aux problèmes de la femme dans les milieux africains et orientaux. Et malgré mon opposition à la majeure partie du discours féministe que j'estime être bien souvent de la mauvaise foi et de la déviance (voir les théories fumeuses au possible queer, lesbiennes, etc) , je respecte celles qui osent aborder ce terrain-là, comme les femmes de "Ni Pute Ni Soumise" par exemple, des femmes de banlieues exemplaires, et les femmes féministes qui adoptent un discours raisonnable, c'est-à-dire pas misandriste comme Sylviane Agazynski ou Natacha Polony.

      Supprimer
    2. Probablement que vous devriez essayer d'avoir un autre entourage pour avoir un autre point de vue...


      "Beaucoup d'hommes, je ne dis pas tous, ont une impression de supériorité."

      Par rapport à quoi? Les hommes, comme les femmes, sont des êtres qui se comparent, se jaugent, se jugent par rapport à tout le monde.


      "Au sujet des remarques sur le physique, avez vous entendu les problèmes que les femmes subissent dans les transports que j'ai moi même subit dans le métro parisien."

      Il n'y a pas le moindre rapport avec les remarques faites sur le physique de la traductrice. Le mec que je vois agresser une femme dans le métro, je lui casse les membres pour faire de lui un tronc...
      Il m'a fallu protéger une femme il y a quelques mois de cela d'une agression dans le métro (je l'ai expliqué dans un message récent). Mon corps n'est pas fait d'acier et je ressens moi aussi la douleur (j'ai eu mal partout durant une semaine, mais ils ont gravement morflés cette petite bande de merdeux).
      Le problème dans cette histoire est qu'il y avait plusieurs dizaines d'individus qui ne faisaient rien pour aider cette personne (que ce soit un homme ou une femme ne change rien ici selon moi) qui se faisait agresser.
      Imaginer ce que j'ai envie de répondre à ceux et celles qui me reprochent d'être violent...


      "Vous ne croyez pas que cela pousse au féminisme par rejet de ces pratiques. Ne parlons pas des viols assez rares dans les trains."

      Non, ce n'est pas du tout cela qui pousse au féminisme. Les gens voulant faire du mal attaquent des gens (des hommes et des femmes) qui selon eux ne sauront pas se défendre.

      Maintenant faut arrêter de fourrer dans la tête de tout le monde les conneries féministes car cette putain d'idéologie transforme les français en carpettes. Faudra pas se plaindre après de ne trouver personne qui vous défendra lorsque vous en aurez besoin.

      Supprimer
    3. @athos. Entièrement d'accord avec vous et en plus j'ai appris un mot : misandrie, que je ne connaissais pas.
      Jean

      Supprimer
    4. harry callahan27 mars 2015 à 15:20

      Opium, je suis un peu navré, mais jamais je me considererai une femme comme un "homme a part entiere". Egale certes, mais differente.
      Ce genre de phrase aurait ete inimaginable a une autre epoque...

      Chose extremement vraie aussi: absolue hypocrisie d'une categorie de feministes sur la violence masculine issue d'elements importés, qui ont une culture bien plus patriarcale que les "blancs opresseurs" d'un point de vue concret...

      Tordant de voir ces imbeciles defendre le voile des musulmanes parce qu'elles sont des femmes alors que le voile est le marqueur d'une religion qui affirme clairement l'inferiorite des femmes sur les hommes.

      Caroline Fourest a meme carrement parlé des hamams reservés aux femmes avec bienveillance ! Un sommet (La libido qui baisse le QI...)

      La realité c'est que ces gauchistes sont devenus l'inverse du discours radical de certains precheurs puritains du passé qui denoncaient la femme comme porteuse du mal, tentatrice, etc...Elles font la meme chose en attaquant les hommes a la place, mais on a vraiment envie de les inciter de le faire ailleurs qu'en europe, ce qui serait beaucoup moins facile.

      Mais le mot courage n'est pas systematiquement synonyme de fanatisme visiblement...

      Supprimer
    5. "Opium, je suis un peu navré, mais jamais je me considererai une femme comme un "homme a part entiere". Egale certes, mais differente."
      vous rajoutez à "différente"... "mais pas tant que ça" et a moi, ca me va parfaitement.

      Val


      Ce genre de phrase aurait ete inimaginable a une autre epoque...

      Supprimer
    6. "pas tant que ça" par rapport à quoi?

      Supprimer
    7. il s' agit juste d' une différence d' équilibre hormonal. Ca ne va pas plus loin que ça. c' est déjà beaucoup me direz vous.
      avec toutes les différences et attributs physiques que ça engendre, bien sur. les différents rôles complémentaires dans le cadre de la reproduction de l "espèce". ça ne fait aucun doute.
      pour le reste c' est bien plus nuancé que toutes les théories autant féministes que ceux qui regrettent le temps béni du patriarcat. je les mets au même rang, celui des idéologies inutiles, d' un coté les froussards et de l' autre les opportunistes. je parle bien sur pour notre société occidentale, en ces temps de période charnière.
      pour le reste du monde, il suffit de regarder comment les pays dont la société est basée sur le patriarcat ont évolués. si ca vous tente....
      on peut toujours aussi s' extasier devant ce dirigeant russe qui adore nous prouver a lui tout seul que virilité et pouvoir sont indissociables. en se faisant aider par la chirurgie esthétique.....pendant que la jeunesse féminine de son pays se transforme en pompom girls avec des tee shirt a son effigie. pas étonnant que ce soit dans ces contrées que les femens ont vu le jour. a croire qu'.une parodie en entraine toujours une autre.....
      Val

      Supprimer
    8. Les hormones provoquent beaucoup plus que les différences physiques. Il ne s'agit pas d'un hasard qui s'est perpétué au fil des générations si la majorité des mâles et des femelles de l'espèce humaine ont tenue des rôles différents.

      En ce qui me concerne je ne regrette pas "un temps béni du patriarcat". Les idéologies qui nient les différences au nom de ce que j'affirme être de l'égalitarisme, qui n'est pas l'égalité, m'insupportent au plus haut point.
      Il est clair que je suis pour la dualité, et ce même si ça provoque des tas de problèmes. La raison est que le reste de ce qui a été fait d'autres jusqu'à maintenant est pire...

      Le résultat des pays qui prônent le féminisme n'est guère meilleur...


      "on peut toujours aussi s'extasier devant ce dirigeant russe qui adore nous prouver a lui tout seul que virilité et pouvoir sont indissociables. en se faisant aider par la chirurgie esthétique..."

      Rien à faire pour ma part de ce qu'il croit et de ce qu'il fait de son physique. Il est le président de la Russie et des russes, pas de la France et des français. Maintenant je préfère un type qui a de l'autorité comme lui à un mou comme François Hollande...

      Franchement c'est nul de prendre ce qui ne va pas ailleurs qu'en France pour faire comprendre que notre pays ne devrait pas faire ceci ou cela. Les coutumes et cultures des pays ne sont pas les mêmes, ce qui ne fonctionne pas chez l'un peut fonctionner chez l'autre, et inversement.

      Supprimer
    9. "Les hormones provoquent beaucoup plus que les différences physiques. Il ne s'agit pas d'un hasard qui s'est perpétué au fil des générations si la majorité des mâles et des femelles de l'espèce humaine ont tenue des rôles différents."

      les hormones, et le chromosome, j' l' avais oublié, celui la.

      les hommes avaient les muscles pour les travaux et les combats, les femmes les seins pour allaiter les enfants qu' elles mettaient au monde, a supposer qu" un certain "rôle respectif" était naturellement défini, on peut comprendre parfaitement que les premieres tentatives d organisation sociale, s eh soient inspirées.
      au dela de ça, nous avions besoin d idéaux, nous étions bourrés de peurs devant la précarité de notre existence. nous avions besoin d' une force supérieure pour nous guider, nous nous en sommes créés.
      que s est t il passé ensuite pour qu on nous parle d' un seul dieu et non plus de dieux et déesses; pour qu on nous parle de pécher originel, de la cote d Adam. et pour qu on attende il y a a peine juste quelques années pour qu une femme ait le droit de vote? au nom de quelle différence notoire entre homme et femme? je vous le demande.
      je sais, résumer 2000 ans d histoire de cette maniere est assez gonflé . mais est ce un hasard si autant de féminisme ait été déversé en si peu de temps, en notre siecle, a tout juste un peu plus de 200 ans de notre révolution francaise. car c est si peu 200 ans dans l evolution d une société, de ses moeurs.
      ne sommes nous pas trop souvent et avant tout victimes de nos propres exces. et c est bien loin d etre le seul d ailleurs; notre époque post moderne est pour moi charniere. nous voila confrontés indéniablement a tous nos exces y compris les effets parfois pervers de nos bonnes volontés. c est une revolution intellectuelle a laquelle il fallait s attendre. perso je m'y attendais. nous sommes aussi des etres de raison, alors faisons nous un peu confiance,

      "Franchement c'est nul de prendre ce qui ne va pas ailleurs qu'en France pour faire comprendre que notre pays ne devrait pas faire ceci ou cela"
      ce n etait pas mon but. il y a tant de choses a dire sur ce sujet, tant d idées a échanger . notamment sur la façon qu' a Zemmour de confronter des " valeurs traditionnellement féminines a des valeurs traditionnellement masculines, par des antonymes, comme il le fait.
      je pourrais aussi vous parler de ces gens issus de sociétés au modèle patriarcal, quels sont leur discours, très cohérents et très légitimes, mais a quel niveau du raisonnement peut se situer la dérive que ce système de pensée peut engendrer. tel une bien pensence légitime, qui, le temps d une simple idée reçue peut virer au cauchemar.

      mais en si peu de temps par écrit, les mots peuvent manquer. et les incompréhensions surgir, a l évidence. votre réaction en est la preuve.
      regarder chez les autres, sans s en inspirer pour autant, nous en apprend parfois plus sur nous même, pour résumer.
      Val

      Supprimer
    10. "que s'est t'il passé ensuite pour qu'on nous parle d'un seul dieu et non plus de dieux et déesses"

      Les connaissances ont permis de fabriquer des cités de plus en plus grande, et le pouvoir qu'avait les meneurs devenait plus vaste. Ils ont donnés une apparence humaine aux divinités primordiales (en totalité ou pas selon les différents lieux géographiques) dans un premier temps. Puis après ils leurs ont attribués des caractères humains, des prises de position dans les querelles entre cités... Il y a une suite logique à tout ceci.


      "pour qu'on attende il y a a peine juste quelques années pour qu'une femme ait le droit de vote?"

      Il y eut une époque où le droit de vote était réservé à ceux qui combattaient pour les intérêts de la cité...


      PS: Val, je ne jouerais pas avec votre paquet de cartes...

      Supprimer
  13. Au delà de l'intervention intéressante d'Eric Zemmour, on se souviendra de la présence lumineuse de cette traductrice apparemment très compétente et surtout extrêmement jolie...

    RépondreSupprimer


  14. Quand EZ parle de féminisation de la société , il ne parle pas de la place des femmes

    dans la société mais de la place dominante des valeurs «féminines» dans la société d'aujour'

    hui i.e. être pour la paix de façon inconditionnelle, de gommer tout ce qui a apparence d'agres-

    sivité , de masculinité , d'audace , de cran etc... L'homme «à la mode » d'aujourd'hui est un

    homme non pas efféminé mais un homme féminisé i.e. un homme qui est toujours bien mis et

    qui agit comme tel pour recevoir des compliments des femmes et ne pas recevoir leur agressi-

    vité. Regardez les animateurs télé. Ils se tortillent de plaisir et de gêne quand une femme les

    félicite pour leur «bon goût » ( féminin)- une cravate rose ou mauve , par exemple ou la belle

    petite chemise rose neuve.

    Les hommes féminisés ne prennent pas de décision avant d'avoir consulté

    toutes les femmes autour. Regardez les directeurs de toutes sortes dans les hôpitaux, les

    écoles, les mairies etc... Si une femme n,est pas d'accord , ils changent leur fusil d'épaule.

    Si un homme n'est pas d'accord avec leur opinion, ils l'ignorent. L'homme féminisé est en réali-

    té un homme qui a peur des femmes , qui angoisse à la pensée qu'une femme le désapprouve.

    Oui et après , mon homme? Est-ce la fin du monde? Malheureusement , cet homme qui a tant

    peur des femmes et qui veut tant leur plaire comme à maman , jadis, rendu au lit , il ne bande

    plus. Il a perdu sa sève à vouloir tant plaire aux femmes et à minauder. Les djihadistes

    français , des hommes très souvent élevés par une mère monoparentale, cherche à se recon-

    necter avec leur masculin . Le djihad devient une porte de sortie . Manipuler un kalachnikov ,

    se battre contre un autre mâle pour trouver le mâle dominant , voilà une façon de retrouver ,

    pense-t-il, leur masculinité. Ils passent d'une caricature du masculin à une autre. Le masculin,

    se trouve entre les deux : être capable de civilité et être capable , à l'occasion , de remettre

    l'autre à sa place , fut-ce une femme.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La pseudo morale, la sensiblerie et tout ce qui y ressemble sont beaucoup trop présents dans les discussions. Il est clair que beaucoup trop d'hommes ont maintenant honte de ce qu'ils sont à force d'entendre sans arrêt qu'ils devaient avoir honte de leurs actes.

      Maintenant il y a des carpettes en face de fanatiques religieux...

      Supprimer
    2. Pour moi, l'emblème de ça, c'est la mode. Combien de mecs je vois dans le métro ou dans la rue avec leurs jeans slims, leurs petits mocassins, avec la fameuse coupe rasée sur les côtés, abondant sur le dessus très gay-tendance.

      Y a une vidéo ultime qui résume tout cela. On a changé de look un type qui avait adopté le style "homme de cromagnon" type Chabal. Regardez le résultat :

      https://www.youtube.com/watch?v=Puuhx8QvJNU

      Supprimer
    3. L'après ne vaut pas mieux que l'avant...

      Supprimer

Vous êtes juridiquement responsable du contenu de votre commentaire.

Nous apprécions tous les commentaires et toutes les opinions. Toutefois, le langage "SMS" n'a pas sa place ici. Nous vous remercions de rédiger votre message de façon à ce qu'il soit lisible, argumenté et compréhensible pour tout le monde.
Nous vous demandons également de rester dans le sujet de l'article concerné.

Les attaques personnelles, la diffamation, les propos racistes, le spam et/ou plus généralement tout ce qui peut être répréhensible au regard de la législation Française n'ont pas leur place ici. Les commentaires peuvent donc être soumis à validation ou supprimés sans préavis.