dimanche 7 avril 2013

Vidéos : "Zemmour & Naulleau" sur Paris Première le 5 Avril 2013.

Invités : Michèle Alliot-Marie, Elisabeth Lévy & Clémentine Autain et Jean-Pierre Mocky.

Face à Michèle Alliot-Marie :






Face à Elisabeth Lévy & Clémentine Autain :






Face à Jean-Pierre Mocky :






Merci à News360x pour la mise en ligne.

.

8 commentaires:

  1. "Je peux rester ?
    -Non ! Dégagez !"

    RépondreSupprimer
  2. Naulleau fait un sacré raccourci quand il 'rappelle' les propos de Guéant concernant le juge mettant en examen Sarko.
    Certes tout journaliste a l'habitude d'user de cette technique pour dénaturer un propos, mais là c'est trop. Je lui conseille de revoir les techniques du résumé de texte.

    RépondreSupprimer
  3. De toutes les émissions "Zemmour & Naulleau" celle sur Paris Première du 5 Avril 2013 est celle que j'ai trouvé dénoté totalement avec toutes les autres ! Mauvaise distribution des invités, et réellement difficile à suivre, un ton trop haut, des échanges très vifs, voire violents, et peu constructifs. On sentait un malaise des personnes présentes sur le plateau, une forte nervosité, même Zemmour semblait ne pas trouver sa place dans le débat, ou très peu....
    J'espère qu'il s'agit d'une exception ; je suis donc impatient de voir la prochaine émission de ce soir !

    RépondreSupprimer
  4. zemour&Naulleau<>Anne Hidalgo ;je ne comprends pas les questions biaisées d'Eric Zemmour à propos des logements sociaux.Ses questions sont souvent ambivalentes et portent à la polémique ou ouvertement à un reproche de racisme de ses interlocuteurs.Il suffirait( modestement...!!) de préciser que les amis de Mme Hidalgo soutiennent le DAL,et que cette association dont les buts pourraient être appréciables, s'échine et obtient depuis maintenant des années que des émigrés de dernière génération hors droits pour ne pas dire plus soient logés dans Paris intra muro immédiatement, prétextent qu'ils n'ont pas les moyens de vivre en lointaine banlieue(à les transports...)ces populations en sus saturant les organismes sociaux crèches et aides sociales de la ville de Paris ceci au détriment de français ou résidents reconnus de toute race ayant fait une demande légitime et reconnue et attendant dans la liste d'attente depuis+ de 5 ans en moyenne.Les dispositions devraient être respectées et ces personnes logées certainement mais dans le respect des demandes formulées et non en pseudo urgence dans des immeubles de Paris devenant de facto des ghettos ces personnes venant d'arriver parlant mal français, nécessitant un niveau d'aide sociale hors du commun cantonné dans le petit périmètre de ce qui fait Paris, et surtout spoliant d'autres populations déjà elle intégrées ou français de souche ce qui est tout à fait anormal .signé Warren(14)

    RépondreSupprimer
  5. Entre les deux bonnes femmes et Nauleau, malheureusement le plus intelligent, et la raison pour regarder cette emission, Eric Zemmour, n'est pas arrivé à placer 2 mots.

    Surtout cette bonne femme blonde (n'etait-elle pas l'assistante de Melanchon?) m'a donné la migraine. Une perte de temps.

    RépondreSupprimer
  6. Au sujet de Cahuzac, je trouve cette affaire lamentable,mais lorsque je l'ai entendu devant l'assemblée nationale, dire : " Je serai sans pitié envers les fraudeurs " je le trouve abjecte; quand on voit l'excès de zèle qu'il a montré pour trouver les petits fraudeurs, on est dégoûté!!!

    RépondreSupprimer
  7. Tout est pourri:

    Rapport accablant de la Concacaf contre ses anciens dirigeants



    Messi, le pape et beaucoup d'affection


    Afficher toutes les photos

    Présenté par


    Zoom

    L'ancien président de la Concacaf Jack Warner est accusé d'avoir détourné des dizaines de millions de dollars pendant son mandat qui a duré 30 ans.

    Photo : Keystone


    Zoom

    L'ancien secrétaire général Chuck Blazer est également accusé de détournement de fonds.

    Photo : Keystone


    L'ancien président de la Concacaf Jack Warner et son ancien secrétaire général Chuck Blazer ont détourné des dizaines de millions de dollars pendant leurs mandats. Telle est la conclusion d'un rapport accablant présenté à l'ouverture du congrès de la Concacaf au Panama.

    "Le comité d'éthique et d'intégrité est arrivé à la conclusion que Jack Warner et Chuck Blazer ont commis des fraudes au détriment de la Concacaf" (Confédération d'Amérique du Nord et centrale), indique ce document de 113 pages.

    La fraude présumée a été commise grâce à la présentation de manière "répétée" d'états financiers faux, selon le rapport. Les deux anciens responsables ont également "enfreint" leurs "responsabilités fiduciaires", indique le document.

    Une fraude de près de 30 ans

    Warner, originaire de Trinidad-et-Tobago, à la tête de la Concacaf pendant près de 30 ans, avait démissionné de son poste en juin 2011 après que Blazer eut accusé le président de la confédération asiatique de l'époque, Mohamed bin Hamman, et Warner, d'avoir essayé de remettre des pots de vin à des délégués des Caraïbes afin de voter pour bin Hamman lors de l'élection du président de la FIFA.

    Warner avait également démissionné de son poste de vice-président de la FIFA. Blazer, de nationalité américaine, avait démissionné en décembre de la même année.

    (Si afp)

    RépondreSupprimer
  8. Je me suis bien marré sur la fin :
    - Je peux rester ?
    - Non !
    - Merde !
    - Dégagez !
    Elisabeth, elle est trop drôle.

    RépondreSupprimer

Vous êtes juridiquement responsable du contenu de votre commentaire.

Nous apprécions tous les commentaires et toutes les opinions. Toutefois, le langage "SMS" n'a pas sa place ici. Nous vous remercions de rédiger votre message de façon à ce qu'il soit lisible, argumenté et compréhensible pour tout le monde.
Nous vous demandons également de rester dans le sujet de l'article concerné.

Les attaques personnelles, la diffamation, les propos racistes, le spam et/ou plus généralement tout ce qui peut être répréhensible au regard de la législation Française n'ont pas leur place ici. Les commentaires peuvent donc être soumis à validation ou supprimés sans préavis.