jeudi 10 avril 2008

La guerre des gauches

PAR ÉRIC ZEMMOUR
09/04/2008, publié dans Le Figaro.fr

.

Eux aussi. Eux aussi, ils ont conquis des villes, des départements, des élus ou des voix. Eux aussi, et pas seulement le Parti socialiste. Le communisme municipal a fait du bouche-à-bouche au PCF, et Marie-George Buffet a renoncé au renoncement (à son poste). Olivier Besancenot attire plus que jamais la lumière médiatique. La gauche du PS, d'Emmanuelli à Mélenchon, attend le congrès pour se compter.

Cette gauche de la gauche, comme ils aiment à se qualifier, a le vent en poupe. Dans toute l'Europe continentale, en effet, la globalisation libérale entraîne un accroissement des inégalités, et une prolétarisation d'une partie de la classe moyenne qui bascule dans la contestation radicale du « système ». En Allemagne, le Linkspartei d'Oskar Lafontaine grignote peu à peu le SPD. Aux Pays-Bas, mêmes causes, mêmes effets.
En Italie, l'alliance au centre a explosé, et Berlusconi s'apprête à gagner les législatives. Le PS, traditionnellement le plus à gauche d'Europe, découvre les délices de la social-démocratie, au moment même où celle-ci s'est partout convertie au « blairisme ».

Lors du référendum européen de 2005, ces deux gauches se sont levées l'une contre l'autre : la gauche du non a gagné par KO. Mais le patron du non, Laurent Fabius, a refusé de briser le PS. Olivier Besancenot a repris à son compte la création d'un Linkspartei à la française.
Lors des municipales, ces deux gauches se sont affrontées durement : des socialistes, mais aussi des communistes, n'ont pas joué le jeu de « la discipline républicaine » ; et les électeurs ne les ont pas sanctionnés. Revanche aux européennes de 2009 ...

10 commentaires:

  1. Encore une analyse lucide d'Eric Zemmour.
    Je me permettrai juste une critique : j'ai du mal à croire à cette prolétarisation d'une classe moyenne qui bascule à l'extrême gauche.
    Avec la fin de Georges Marchais, les partis réputés marxistes ont cessé de défendre les travailleurs au profit de tous les miséreux de la planète. Je n'apprends rien à personne, je ne vais pas développer plus. Certains (comme Alain Soral) affirment que l'électorat communiste a depuis 20 ans complètement rejoint le FN, aussi paradoxal que ça puisse paraître, persuadés que leur défense passe par la préférence nationale.
    Bref, je sais que je parle de fond de programme quand Eric Zemmour parle d'image électorale (ces deux notions sont trop souvent très éloignées), mais j'ai toujours du mal à croire que cette contradiction puisse échapper à ce nouveau prolétariat.

    RépondreSupprimer
  2. Ca n'est pas non plus une ruée, même si les modes de scrutins peuvent conferer du pouvoir à ces mouvements.
    (Si c'est proportionnel...)

    Vu le dispositif electoral francais, cela peut handicapper encore plus le Ps, facon FN pour la droite a l'epoque de Mitterrand.

    Il faut esperer que la classe moyenne ne va pas se proletariser...C'est l'epine dorsale de la democratie, un affaiblissement de la classe moyenne par le bas est très dangereux...

    RépondreSupprimer
  3. Je souhaite simplement adresser un commentaire succinct, non pas sur le contenu de l‘article (et je m'en excuse, même s‘il est tout à fait salutaire), mais sur Eric Zemmour.
    J'ai 16 ans et j'habite le petit département du tarn, plus précisément la ville de Carmaux, socialiste à outrance depuis 120 ans, ville de Jaurès, etc.
    Et (pourtant) je suis de gauche (remarquez que je préfère dire que je suis à gauche, qu‘employer « socialiste ». Pourtant, je me rapproche de plus en plus de Bayrou, que je crois profondément sincère (j'ai parfois une vision schématisée et manichéenne des choses, mais j'ai encore 16 ans, et on n'est pas sèrieux quand on a 17 ans, parait-il, alors 16...).

    Et je voulais dire (je suis aussi très prolixe) que même si je ne partage pas toujours l’avis d’Eric Zémmour, j’aime bien l’écouter car son opinion est toujours raisonnée, avisée même. Il me permet d’engager des réflexions, et sans lui, je ne serais pas amené à les tenir. Alors, merci Eric Zémmour.

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. J'aimais bien le slogan de Laguillerette ! Vous vous souvenez ?
    Travailleurs, travailleuses !!!
    Tricoteurs, tricoteuses !
    Nous chromerons ensemble, si vous le voulez bien ! Correction: si vous le valez bien !

    C'était la belle époque...les manifs, tout le truc quoi.
    Que de souvenirs !
    En ce temps là, on regardait pas le Star Académie; nous c'était le Guy Lux !!

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai envie de dire : "la guerre des gaufres" !

    C'est plus fort que moi.

    RépondreSupprimer
  10. Mais ça intéresse qui la guerre des gauches ???

    RépondreSupprimer

Vous êtes juridiquement responsable du contenu de votre commentaire.

Nous apprécions tous les commentaires et toutes les opinions. Toutefois, le langage "SMS" n'a pas sa place ici. Nous vous remercions de rédiger votre message de façon à ce qu'il soit lisible, argumenté et compréhensible pour tout le monde.
Nous vous demandons également de rester dans le sujet de l'article concerné.

Les attaques personnelles, la diffamation, les propos racistes et plus généralement tout ce qui peut être répréhensible au regard de la législation Française n'ont pas leur place ici. Les commentaires sont donc soumis à validation (validés sous 12h maxi.)