mardi 29 avril 2008

Zemmour dans "Ca se dispute" sur I-Télé, le 25 Avril 2008




Au sommaire :
- Sarko an 1
- Régularisations
- Les tribulations...
- Le lifting du PS

19 commentaires:

  1. Merci a l'auteur de ce blog, c'est tres sympathique de mettre en ligne des "ca se dispute" (le stream itele est bloque chez moi), une emission qui a bien plus de sens que celle de Ruquier, zemmour-wise, et qui laisse a notre chieur prefere le temps d'articuler correctement sa pensee.

    Et en plus il y a N. Domenach qui est pas la moitie d'un con non plus !

    RépondreSupprimer
  2. Vous voulez dire qu'il est gravement C... ce Domench ??? Je suppose !

    Je trouve cette outrance sur Sarkozy tout à fait lassante !!! Quoi qu'il fasse, on le déteste ...
    Ce doit être fashion !

    Il convient de dénigrer la grandeur de ceux que nous n'atteingnons pas. Cela nous les fait plus proche et rend plus acceptable notre...destiné.

    A ce jeu, les internevants finnissent par y perdre en crédibilité.

    Je suis en train de me constituer un portefeuil d'amis inestimables, j'ai l'impression.

    RépondreSupprimer
  3. Bof, il a explique sa position et elle est tout a fait acceptable, d'ailleurs je suis pas loin de penser la meme chose.

    Je ne suis pas fan de cette manie de critiquer pour un oui ou pour un non notre president. La plupart de ces attaques a la con m'agacent, et pour ma part j'essai toujours de considerer avec bienveillance l'action du gouvernement democratiquement elu, et de systematiquement lui accorder le benefice du doute. Je suis le premier a dire que N. Sarkozy a fait de bonnes choses.

    Mais en l'occurence, Domenach a, comme souvent, raison. Il n'y a aucune majeste chez N. Sarkozy, aucune vision, aucun cap. On est loin de VGE !

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Oui ! Sarkozy s'est bien planté sur l'étiquette !!

    Il a cru pouvoir moderniser à la façon Bernard Tapi (Style direct) en digne héritier de 68 et se retrouve avec une gauche en face de lui qui pleure le style compassé de Mitterrand et l'élégance de VGE. Quoi qu'on fasse on est mal, quand on est président !
    J'y reviens.. ! le pire est de vouloir plaire à tout le monde ! Il faut avoir le courage de déplaire considérablement en étant soi même, sincère ! You take it or you leave it !!!

    RépondreSupprimer
  6. Il n'y a pas que le style, c'est surtout ca.

    Mais quelle importance que Sarkozi ait une image de beauf parvenu (Comme quoi la grandeur ca n'est pas qu'une question de classe sociale ou de revenu, on s'en est rendu compte...) , ce qui comptera c'est son bilan.

    RépondreSupprimer
  7. Oui l'important c'est pas l'image que la vie vous a fait ! C'est pas la taille non plus que vous mesurez qui compte !!
    Parce qu'en règle général on s'arrenge pas avec le temps.
    C'est le résultat qui compte !

    Et puis ce côté "bling bilng" au demeurant qui ne l'a pas ?? Quel crétin n'aime pas les Rollex, le Jaguar, le bon vie quoi !!! Merde quoi !! le bon vie quoi ! et le belle file qui ne l'aime pas le super belle fille ??? C'est bon le belle fille vous savez !!

    RépondreSupprimer
  8. Ha mais là désolé vous ne faites pas la difference entre quelqu'un qui a de l'argent et qui est un parvenu et quelqu'un qui a du style, et de la culture, qui ne confonds pas les signes ostentatoires bas de gamme et autre chose...

    Pas besoin d'avoir de l'argent pour avoir du style, et plaire aux belles filles (Mais si !) accumuler les voitures de luxes ne vous sortira pas de la vulgarité, mais vous pointez un certaine audience que Sarkozi cherchait peut être a faire rêver.

    Sauf que que rêver a la richesse des autres est une chose, voir son niveau de vie concretement baisser, c'est different (Mais Sarkozi n'est pas responsable de la conjoncture, on est bien d'accord...).

    Excusez moi mais tout le monde ne rêve pas de mettre son argent dans un ecran plasma ou un Yacht...

    Le vrai pouvoir n'est d'ailleur pas là, ce ne sont que des signes, s'ils vous suffisent libre à vous...

    RépondreSupprimer
  9. Fabien de Stenay30 avril 2008 23:43

    La position d'EZ concernant le Tibet me semble un peu contradictoire ou du moins peu refléchi.
    D'un côté il remarque bien la contradiction des militants qui dénoncent (à juste titre) l'immigration-invasion han au Tibet et crient au fascisme dès que des Européens s'inquiètent pour la situation démographique de leur propre continent. Position que je fais volontiers mienne.

    Mais de l'autre, il semble horrifié que l'on puisse pour cette raison "sacrifier nos intérêts économiques vis-à-vis de la Chine". Parce que, pour le moment, nous aurions intérêt à maintenir des relations libre-échangistes avec la Chine ? Il me semblait qu'EZ prônait plutôt le retour à une forme de protectionnisme.
    En fait, son indifférence à la cause tibétaine me semble résulter d'un anticonformisme en l'occurrence un peu court, ou d'un agacement compréhensible face à la succession des indignations médiatiques (après la rue de la banque et avant le prochain tsunami).

    Je crois pourtant qu'une position antimondialiste cohérente pousse à avoir une position comme la suivante (grosso modo la mienne) :
    soutien à la cause tibétaine au nom de la diversité ethnoculturelle, du droit des peuples (plutôt que des droits de l'homme) face à une forme d'uniformisation chinoise qui n'est guère qu'un jumeau-concurrent de l'américanisation ; au nom du refus de la subversion démographique d'un peuple par un autre (phénomène bien connu des Européens les plus lucides...) ; et acceptation réjouie de la rupture des relations économiques avec la Chine dans la perspective d'une relocalisation de l'économie qui aurait par ailleurs des vertus écologiques certaines*.

    * sur l'écologie, je pourrais d'ailleurs faire des reproches très analogues à EZ, mais ce n'est pas le sujet ici.

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  12. A mes prédécesseurs:

    Il n'y a qu'à faire comme ceci et le problème sera réglé. La Chine...seule coupable des déséquilibres écologiques du monde ? Hélas, non ! L'Indonésie, la Malaisie pour ne citer qu'eux font aussi dans ce domaine de beaux efforts.
    Une rupture avec la Chine (soit un quart de l'humanité) ne ferait que déplacer les problèmes dont vous parlez et replonger l'Empire du Milieu dans ses pires moments.
    Beaucoup semblent ignorer de quel enfer la Chine s'est extraite en quelques années seulement. On pendait il y a peu encore en place publique pour délit d'homosexualité.
    Contrairement à ce que beaucoup pensent en occident, les dirigeants chinois sont des gens extrêmement intelligents et cultivés avec lesquels un dialogue est possible, je dirais même de plus en plus possible. Il faut tout faire pour encourager ce dialogue. Les chinois adorent et cultivent l'art de la parole comme peu en ce monde et ne sont plus les êtres fermés qu'ils étaient. Les idées du monde libre qui les bousculent chaque jour davantage les effraient de moins en moins. Ils sont en pleine mutation intellectuelle et nous devons poursuivre avec eux nos relations, sans par ailleurs perdre de vue la réalité difficilement contournable de leur puissance.
    Les Chinois ont cette capacité à pouvoir anticiper les solutions des problèmes majeurs que nous essayons, nous, de régler à la petite semaine et où on aimerait les conduire. Les chinois, gens de dialogue, ne peuvent qu'être séduits par nos idées, autant que celles-ci ne s'opposent pas à leurs intérêts. Hors, il est de leur primordiale intérêt qu'ensemble nous examinions les questions de fond auxquelles nous sommes de plus en plus confrontés. Jouons la carte gagnante, la seule qui vaille en toutes saisons, celle de la raison et nous verrons que la Chine à ces propres intérêts ne saurait soustraire le reste de l'humanité. La démocratie en Chine a déjà produit dans des millions de cerveaux d'incroyables révolutions. Ce processus est difficilement aujourd'hui réversible . Avant, qu'il soit demain, je vous prédis qu'elle sera se défaire de ses démons du passé et embrasser le siècle présent dans la pleine considération de nos intérêts communs. C'est ce combat qu'il nous faut mener contre elle encore un peu aujourd'hui et avec elle pour sur demain. C'est ce dialogue de prospective politique à l'échelle de la planète qu'il faut développer, que l'on ne peut plus différer.
    C'est ce type d'initiative que peuvent conduire certains hommes par la simple force de leur conviction, de leur volonté, sans que par ailleurs ils aient nécessairement les talents oratoires ni même l'élégance de leurs successeurs. Et c'est tout le talent que j'attends au fond qu'ils aient !!!

    RépondreSupprimer
  13. Merci de mettre les Ca se dispute ! c'est super !w

    RépondreSupprimer
  14. N. Sarkozy n'est pas un chef d'Etat ... c'est un chef d'entreprise. Et l'entreprise en question a l'honneur de servir la grande cause de l'UERSS.

    RépondreSupprimer
  15. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  16. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  17. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  18. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  19. A mes prédécesseurs:

    Il n'y a qu'à faire comme ceci et le problème sera réglé...
    La Chine...seule coupable des déséquilibres écologiques du monde ? Hélas, non ! L'Indonésie, la Malaisie et plus loin le Brésil pour ne citer qu'eux font aussi dans ce domaine de beaux efforts.
    Une rupture avec la Chine (soit un quart de l'humanité) ne ferait que déplacer les problèmes dont vous parlez et replonger l'Empire du Milieu dans ses pires moments.
    Beaucoup semblent ignorer de quel enfer la Chine s'est extraite en quelques années seulement. On pendait il y a peu encore en place publique pour délit d'homosexualité et l’on mangeait ce qui se trouvait à porté de main tout ce qui pouvait l'être, occasionnellement même au delà du pensable. Nous n'avons pas idée de ce que les chinois ont vécu durant ces années qui succédèrent à la révolution de 1949. Cette notion de ce qu'est la faim est inscrite dans leurs gènes pour longtemps et il n'est pas en notre pouvoir de mettre un terme à leur appétit débordant.
    Cela étant et contrairement à ce que beaucoup pensent en occident, les dirigeants chinois sont des gens extrêmement intelligents et cultivés avec lesquels un dialogue politique est possible, je dirais même de plus en plus possible. Et l'on doit tout tenter pour encourager ce dialogue. Les chinois adorent et cultivent l'art de la parole comme peu en ce monde. Ils ne sont plus les êtres fermés qu'ils étaient. Les idées du monde libre qui les bousculent chaque jour davantage les effraient de moins en moins. Ils sont en pleine mutation intellectuelle et nous devons poursuivre avec eux nos relations, sans par ailleurs perdre de vue la réalité difficilement contournable de leur puissance.
    Les Chinois ont cette capacité à pouvoir anticiper les solutions des problèmes majeurs que nous essayons, nous, de régler à la petite semaine. Ils ont une vision beaucoup plus élargie de leur devenir. Gens de dialogue, ils ne peuvent qu'être séduit par nos idées, si celles-ci ne s'opposent pas à leurs intérêts. Hors, il est de leur primordial intérêt qu'ensemble nous examinions les questions de fond auxquelles nous sommes tous de plus en plus confrontés.
    Jouons la carte gagnante, la seule qui vaille en toutes saisons, celle de la raison et nous verrons que la Chine à ces propres intérêts ne saurait soustraire le reste de l'humanité. La démocratie en Chine a déjà produit dans des millions de cerveaux d'incroyables révolutions. Ce processus est difficilement aujourd'hui réversible. Avant, qu'il soit demain, je vous prédis qu'elle sera se défaire, si ce n'est déjà fait pour l'essentiel, de ses démons du passé et embrasser le siècle présent dans la pleine considération de nos intérêts communs. C'est ce combat qu'il nous faut mener contre elle encore un peu aujourd'hui et avec elle, pour sur, demain. C'est ce dialogue de prospective politique à l'échelle de la planète qu'il faut développer, que l'on ne peut plus différer. C'est ce type d'initiative que peuvent conduire certains hommes par la simple force de leur conviction, de leur volonté, sans que par ailleurs ils aient nécessairement les talents oratoires ni même l'élégance de quelques uns de leurs prédécesseurs les plus illustres. C'est tout le talent que j'attends au fond qu'ils aient !!! Qu'ils nous sortent de là ! Je précise que ce n’est qu’un souhait, en aucun cas une conviction du possible. En l'absence d'alternatives crédibles, porteuses de projets forts, en cette absence de lumières traçantes je ne vois pas qu'il y ait à se réjouir de son échec.
    En vérité, il m’importe peu que la France soit gouvernée par untel plutôt qu’untel, dès l'instant qu'elle l'est bien.
    Fidèle à elle-même, dans sa trajectoire historique, la France peut demeurer ce qu'elle est encore à ce jour: un magnifique enchantement pour l'ensemlbe de l'hmanité! C'est à sa jeunesse principalement qu'il appartient de relever le défit dans cette affaire et pour ma part, je lui fais confiance. Avec nous, à la condition que nous le voulions bien - parce que nous le valons bien - elle aura toutes ses chances !

    RépondreSupprimer

Vous êtes juridiquement responsable du contenu de votre commentaire.

Nous apprécions tous les commentaires et toutes les opinions. Toutefois, le langage "SMS" n'a pas sa place ici. Nous vous remercions de rédiger votre message de façon à ce qu'il soit lisible, argumenté et compréhensible pour tout le monde.
Nous vous demandons également de rester dans le sujet de l'article concerné.

Les attaques personnelles, la diffamation, les propos racistes et plus généralement tout ce qui peut être répréhensible au regard de la législation Française n'ont pas leur place ici. Les commentaires sont donc soumis à validation (validés sous 12h maxi.)