samedi 10 novembre 2012

La chronique d'Eric Zemmour du 9 Novembre 2012 sur RTL

"Jamais une élection américaine n'a été aussi communautariste que celle qui a opposé Obama à Romney"



.

23 commentaires:

  1. Il m'aurait fait plaisir en prononçant "les réseaux sociaux" avec un ton moqueur...

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pa sretrouvé l'émission où Eric Zemmour a parlé de la conversion de la Maffia dans les affaires de marchés publics mais je me souviens qu'il faisait référence à un livre récemment publié. Moi j'ai lu un livre sur ce sujet antérieur à cette date écrit par un juge d'instruction qui expliquait que la maffia avait compris qu'il y avait plus d'argent à se faire en financant la campagne éléctorale de politiques contre des passe-droits pour avoir des marchés que la revente de cigarettes. Si cela l'intéresse je pourrais rechercher cette source

    RépondreSupprimer
  3. excellent comme d'habitude MERCI

    RépondreSupprimer
  4. De l'excellent Zemmour comme d'habitude, qui de plus devient plus synthétique et s'adapte mieux à son cours créneau radio. Je disais la même chose dans un commentaire sur un article de Valeurs Actuelles et je me suis fait atomisée par des défenseurs du dieu Obama, m'expliquant que je n'étais qu'une nostalgique qui ne comprend rien. Eh bien au moins nous sommes deux Zemmour et moi !

    RépondreSupprimer
  5. Eric voit un clivage racial dans ces élections Américaines ? Pour ma part je n'y vois que le sempiternel clivage "les pauvres contre les riches". Certes l'immigration, aux US comme chez nous, y est clairement pour quelque chose puisque ce sont surtout des pauvres qui immigrent. Et les pauvres ont de plus la particularité d'avoir un taux de fécondité plus élevé. Alors effectivement, les électeurs Américains des Démocrates sont des noirs et des 'latinos'... mais c'est surtout parce-que ce sont les pauvres de l'Amérique.

    RépondreSupprimer
  6. @ anonyme du 11 novembre : vous vous trompez ce n'est pas simplement une lutte riche/pauvre et d'ailleurs le mot pauvre est relatif sachant que l'Amérique va bientot compter plus de Latinos que de Blancs dans quelques années (les Noirs sont déja supérieurs aux Blancs) et à ce que je sache ce n'est pas un immense ghetto. Il y a bien une dimension communautaire là dedans comme en France ce qu'a très bien analysé Zemmour en parlant des drapeaux algériens, palestiniens, marocains le soir de l'élection du président (ce qui est profondemment honteux). Obama gagne grâce à la démographie, rien d'autre, alors ne venez pas parler de pauvre là dedans.

    RépondreSupprimer
  7. désolé , je ne pense pas que le clivage se fasse ainsi par l argent dans cette élection ; les latinos , les blacks immigrés ne votent pas que je sache, et ne deviennent pas américains aussi vite ; alors l'argument riches-pauvres ne tient pas .
    non, je pense qu Eric a raison , sinon comment expliquer de tels pourcentage de votants par race , alors que les latinos et noirs votaient trés peu lors des élections précédentes ou des blancs se disputaient la présidence , ce qui montre bien une identification raciale et rien d'autre.
    riche pauvre, nous n en sommes plus là , la fracture est bien plus profonde, et plus idéologique qu'économique

    RépondreSupprimer
  8. Un article récent qui n'a pas un lien direct avec cette vidéo, mais plutôt avec une discussion qui a eu lieu sur ce blog, même s'il concerne les Etats-Unis :

    http://french.ruvr.ru/2012_11_03/France-offensive-americaine/

    Il y est question de la politique que mène les États-Unis dans les banlieues françaises.
    Pour ceux qui croient à la bienveillance des États-Unis, tandis qu'ils s'élèvent contre les investissements qataris, je les invite à méditer cette citation de François Mitterrand :

    « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique (...) sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir,

    L'Anonyme de 10h01 a émis un commentaire pertinent. Mais nous savons que M. Zemmour préfère analysé chaque phénomène sociologique (quel qu’il soit) par rapport à la race ou à l'appartenance ethnique et/ou religieuse des personnes concernées; celles-ci expliquant tout, bien entendu...

    Barack Obama aurait pu tout aussi bien dire à Mitt Romney "c'est la démocratie imbécile!". Car c'est bien la démocratie qui a été à l'oeuvre durant cette campagne. Rien d'autre. Aucun complot d'un ennemi de l'intérieur, ni aucune cinquième colonne latino-noirs comme a toujours tendance a croire M. Zemmour.

    >Pierre.

    RépondreSupprimer
  10. A Romain88 d'ou tu sors tes chiffres il y a plus de noirs que de blancs au USA??? et les latinos si ils sont nombreux sont loin d’être majoritaire notamment dans les Etats du Nord! Sinon le communautarisme pour moi viens surtout du manque de différence idéologique entre républicains et démocrates, met le programme de Marx dans celui de Romney et on verra si les blancs voterons pour les blancs et inversement!

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour à tous,
    euh désolé pour ma réponse tardive, je n'avais pas vu qu'on m'avais répondu.

    @Romain88 : mmh, je crois que tu te trompes sur le pourcentage noir/blanc aux US. je crois bien qu'il y a 1 noir pour 5 blancs environ (si l'on ne compte pas les hispaniques dans les blancs).

    @franck et @Romain88: après réflexions je me range un peu plus à vos arguments et à ceux d'Eric. Mais admettez que si Obama était 100% Blanc (car il l'est génétiquement pour les 50% de sa mère non?) les Latinos et les Noirs auraient tout de même voté pour lui. Je veux dire par là qu'ils ont surtout voté pour le candidat des Démocrates dont la politique est plus 'de gauche' que celle du parti Républicains et qui peut se résumer en une phrase assez simpliste mais assez juste il me semble: prendre aux riches pour aider les pauvres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "prendre aux riches pour aider les pauvres."

      Mais où vous avez vu jouer cela?


      Kami

      Supprimer
    2. "prendre aux riches pour aider les pauvres."

      Mais où vous avez vu jouer cela?

      Supprimer
  12. Le vote communautaire américain n est pas de même nature que le vote français. L immigration ainsi que les noirs ont un point commun ils sont en majorité chrétiens. En France c est entre les musulmans et les catholiques que l on peut différencier les votes. Cela est beaucoup plus clivant car en Amérique les latinos et les noirs veulent une même société alors qu en France les musulmans refusent la république , les lois ne leur conviennent pas, ils veulent une France islamique. Le voile porté par leurs femmes en est la preuve.

    RépondreSupprimer
  13. En tant qu’Américain j’ai directement vécu les élections et je ne suis pas tout à fait d’accord avec toutes les observations de M. Zemmour. L’immigration des latinos tient plutôt à la misère qui sévit en Amérique centrale. Le « big business » qu’EZ évoquait dans sa chronique s’intéresse à délocaliser les emplois aux pays « low cost ». Le fait qu’il y ait tant d’immigrés de provenance mexicaine aux USA n’a rien à voir avec la diminution continue des salaires ici - c’est la concurrence de l’Asie qui y contribue plus.

    M. Zemmour, que je respecte enormément et que j’écoute regulièrement, dénoncait le caractère communautariste du scrutin qui vient de se dérouler dans mon pays. Il faut vous faire savoir qu’il n’est pas si facile de comparer l’immigration française à la nôtre. À l’investiture de M. Obama en janvier prochain, ce sera le drapeau américain que tout le monde brandira, pas ceux des pays d’origine des immigrés. L’Amérique est en passe de devenir moins blanche, mais elle n’en devient pas moins
    « américaine ». M. Zemmour était peut-être trop tenté de voir chez nous le communautarisme qui, pour parler avec franchise, sape la société et culture françaises. Le communautarisme est tout simplement moins problématique aux USA qu’il n’est en France.

    relationsfranco-américaines.blogspot.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le cas de l'entreprise Walmart est un exemple concret des écrits de monsieur Dan Schorr.

      Supprimer
    2. Dominique Venner est bien moins optimiste que Dan Schorr :

      http://www.dominiquevenner.fr/2012/11/lamerique-change/

      Supprimer
    3. Il ne tire pas encore de conclusion radicales, il indique des tendances.

      Cela dit c'est vrai qu'on ne peut pas projecter les problemes francais sur l'election americaine

      Supprimer
    4. Merci pour cet excellent éclairage ! A lire l'intéressant article de Manlio Graziano sur le site "Diploweb" : La catholicisation à l'époque du "shift power".

      Supprimer
  14. "met le programme de Marx dans celui de Romney"

    Marx et l'Amerique c'est une histoire d'amour de longue date, c'est connu...

    "Mais admettez que si Obama était 100% Blanc (car il l'est génétiquement pour les 50% de sa mère non?)"

    Aux etas unis je crois que le concept de metis n'existe pas, et qu'une goute de sang noir vous classe de fait chez les "afro-americans".

    (Et que tout ceci est transparent, les statistiques ethniques sont legaux aux USA)

    L'avis de Dan Schorr serait le bienvenu sur ce post, c'est son pays...

    1+1, l'amerique est issue de l'europe, de facon antagoniste a bien des egards mais les affinités culturelles sont là...Le Qatar est plus eloigné de la France que les USA a ce niveau, c'est pour ca que ca passe moins bien.

    Le fait culturel compte.

    Pour ce qui est de l'action de l'Amerique par rapport a l'Europe, ce sont des concurents, et qui ne sont pas avares de coups bas. et avec des degrés beaucoup d'etats européens se comportent litteralement en feaux.

    (Mais je vous rappelle que l'aide americaine en Egypte a souvent depassé celle à Israel...)

    RépondreSupprimer
  15. "Le communautarisme est tout simplement moins problématique aux USA qu’il n’est en France."

    Absolument, qui plus est l'Amerique est historiquement un pays d'immigration et de "melting pot" par son essence meme.

    Merci de votre avis et de vos nuances.

    Ca ne surprendra pas que mon moment preferé de la campagne US, ce fut ce meeting de Romney avec un invité de grand talent qui a ressorti son "Make my day", comme il sortait son Magnum a l'ecran...
    (Sa critique de l'homme de loi qui devait partir au profit du business man etait d'ailleurs logique venant de lui...)

    Je mentirai cependant de pretendre avoir eu une sympathie particulière pour Romney vu ses declarations sur la France, ou il a vecu...Mais je n'en suis pas pour autant supporter d'Obama...

    RépondreSupprimer
  16. @Anonyme : autant pour moi je voulais dire que en 2050 il y aura plus de noirs que de blancs aux USA

    RépondreSupprimer
  17. " prendre aux riches pour donner aux pauvres " c'est bien le crédo des démocrates de gauche comme de droite ; aux USA mais surtout en France où les pauvres ne paient pas de loyer (APL) pas de sécu (Cmu) facture élec et gaz diminué, bientôt le carburant, et j'en passe ... il faut bien que les moins pauvres, la classe moyenne qui travaille, et les riches minoritaires, remplissent les caisses de l'Etat.
    Peut-on ignorer ce fait!

    RépondreSupprimer

Vous êtes juridiquement responsable du contenu de votre commentaire.

Nous apprécions tous les commentaires et toutes les opinions. Toutefois, le langage "SMS" n'a pas sa place ici. Nous vous remercions de rédiger votre message de façon à ce qu'il soit lisible, argumenté et compréhensible pour tout le monde.
Nous vous demandons également de rester dans le sujet de l'article concerné.

Les attaques personnelles, la diffamation, les propos racistes, le spam et/ou plus généralement tout ce qui peut être répréhensible au regard de la législation Française n'ont pas leur place ici. Les commentaires peuvent donc être soumis à validation ou supprimés sans préavis.