vendredi 29 novembre 2013

La chronique d'Eric Zemmour du 29 Novembre 2013 sur RTL.

"Non, les conservateurs, ce sont eux !"



.

33 commentaires:

  1. "Alors les ploucs encore un effort !!!"

    En pleine forme...

    RépondreSupprimer
  2. Il est beaucoup plus efficace, comme ici, lorsqu'il n'est pas sur la défensive ou que dans les explications dont se foutent ses détracteurs!

    RépondreSupprimer
  3. Avant Zemmour, nous Français patriotes étions régulièrement insultés, ridiculisés, "bofisés" par la plupart des médias sans possibilité de répondre.
    Je considère aujourd'hui Zemmour comme un Zorro, un Robin des bois, en un mot un HERO. Un chevalier littéraire, génial, capable de ferrailler et de l'emporter contre tous les bobos même lorsqu'il est à 1 contre 10 ! Longue vie à toi Z

    RépondreSupprimer
  4. J'ai vu la présentation du "Point" (sur Internet).
    En effet, le titre parle des "néocons".
    Avec 2 photos : JP Chevènement et É. Zemmour.
    Les noms cités : les 2 ci-dessus et aussi l'économiste Jacques Sapir, Marine Le Pen, F. Philippot, PM Coûteaux, le philosophe Jean-Claude Michéa (fils d'un ancien journaliste de "l'Humanité"), A. Montebourg, P. Buisson, H. Guaino, Natacha Polony, N. Dupont-Aignan.

    Bien sûr, Zemmour a démontré que le terme "néo-conservateurs" avait un sens totalement différent : il concernait des gens aux idées totalement opposées sur de nombreux points à celles des personnes citées.
    Il ajoute avec raison que les véritables conservateurs sont "en face". Ceux qui défendent leurs avantages contre les intérêts de la majorité du peuple.
    On peut y mettre le monde de la finance, le MEDEF, la plupart des gens qui nous gouvernent depuis 30 ou 40 ans, ...

    On peut y ajouter les 5 confédérations syndicales qui ont signé récemment un communiqué commun : CGT, CFDT, CFTC, UNSA, FSU (l'instituteur retraité que je suis a été autrefois membre de cette dernière) avec en plus Solidaires (extrême-gauche) qui n'a pas signé mais est d'accord sur l'essentiel.
    Ces syndicats attaquent-ils la finance, le MEDEF dans ce communiqué ? Nullement. En résumé, c'est : "le populisme", voilà l'ennemi".

    Ce communiqué ne passe pas bien chez des adhérents de la CGT comme le montre l'article suivant :
    http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-cgt-cfdt-le-tournant-dangereux-par-jean-levy-121307051.html

    Personnellement, j'ai écrit des commentaires qui rejoignent ce sujet sur le blog de David Desgouilles (de "Causeur") :
    http://david.desgouilles.fr/

    Dans l'article sur Chevènement (11 novembre) : le véritable fédérateur de l'UE, était-ce Delors ? et mon opinion sur l'article de Jacques Sapir dans lequel il souhaite que Chevènement aille à Matignon mais pour y exercer le VRAI pouvoir.

    Dans l'article sur Hollande (20 novembre), je réponds à l'écrivain communiste Jérôme Leroy (de "Causeur") qui se réjouit de la manif du 1er décembre. Leroy est sans doute communiste, mais en raison de certaines de ses positions, "le Pont" le classerait sans doute dans les "néocons".

    RépondreSupprimer
  5. Les "néocons" américains (soutiens de la politique étrangère de Bush) venaient souvent de la gauche, parfois du trotskisme.

    En France, les "conservateurs, ce sont eux" (visés ainsi par Zemmour) comprennent des gens de droite.
    Mais, la plupart des gens de gauche et d'extrême-gauche se rattachent à ce courant : EELV, bien sûr ; le "gros" du PS ; le PCF devenu "un parti de bobos" (selon l'expression de l'ancien député PCF André Gerin) ; le NPA qui est une sorte d'EELV d'extrême-gauche ; Lutte Ouvrière pour qui les idées communes à Dupont-Aignan et au communiste Bocquet sont "un poison nationaliste", ...

    Mais, il y a des gens venus de l'extrême-gauche et parfois qui sont encore communistes ou d'extrême-gauche qu'on peut rapprocher de ce que "le Point" appelle les "néocons" français, tendance menée si on le croit par Chevènement et Zemmour, tendance à laquelle l'ancien PCF que je suis se rattache.

    On peut citer le sociologue Jean-Pierre Le Goff. C'est un ancien maoïste. Mais, sa critique des dérives du management et surtout ce qu'il a dit lundi 18 à "Mots Croisés" sur les préjugés distillés par la gauche bien-pensante le rattache à ces pseudo "néocons".
    On peut citer Robert Ménard, ancien trotskiste ou Gilbert Collard qui a été un temps proche du PCI.

    Mais, on peut aussi citer le POI (Parti Ouvrier Indépendant), groupe de Gluckstein et Schivardi. Groupe issu du PCI, puis du MPPT. Dans les années 70, c'était les trotskistes les plus proches du PS. Mais, leur pratique de "l'entrisme" héritée d'une consigne de Trotski en 1934 s'est retournée contre eux : le PS a "intégré" bon nombre de personnes venues de ce groupe (Jospin, Cambadélis, Mélenchon jusqu'en 2008, ...).
    Membre de la tendance proche du PCF dans le syndicalisme enseignant, je m'étais beaucoup "accroché" avec les représentants locaux de ce courant autrefois. Depuis, j'ai plutôt de bonnes relations avec certains qui me transmettent à l'occasion leur prose.
    Je reste agacé par leur côté "extrême-gauche" et leur anticléricalisme digne du "père Combes". Mais, ils sont très hostiles à l'UE et se disent défenseur de la Nation (hostiles aussi à l'Europe des régions). De plus, ils sont partisans d'une école "à l'ancienne" où les enseignants enseignent et les élèves apprennent.

    Dans son dernier éditorial, Gluckstein critique certes le racisme. Mais, il ajoute à l'encontre des 5 ou 6 syndicats "anti-populistes" (cf mon commentaire précédent) et "branchés" contre le racisme :"Ce n'est pas le <> qui organise des plans de licenciement, qui fait voter la réforme Peillon et l'acte III de la décentralisation, qui menace dans tous les domaines les droits les droits de la classe ouvrière et qui impose l'austérité".
    Bref, pour lui, le discours "antiraciste" est une diversion.

    RépondreSupprimer
  6. Précision.
    Dans ma citation de Gluckstein ci-dessus, un mot a disparu.
    Sans doute à cause des faux guillemets que j'avais mis.
    Je restitue donc : "Ce n'est pas le RACISME qui organise des plans de licenciement, qui fait voter ...."

    RépondreSupprimer
  7. Le PCF "devenu un parti de bobos" n'est pas "néocons" "sous la bannière" de Chevènement et Zemmour (selon "le Point").

    Mais, quelques-uns de ses membres pourraient s'y rattacher.
    Avec prudence.
    Citons l'ancien député PCF du Rhône, André Gerin. Il s'était prononcé pour la sortie de l'euro monnaie unique, position qui n'est pas celle de son parti (1). Il avait critiqué le mot d'ordre "régularisation de tous les sans-papiers". Ajouté à des actions communes locales avec le député UMP souverainiste Philippe Meunier, cette opinion sur les sans-papiers lui valut un véritable "lynchage" des apparatchiks du PCF. En 2012, il a "jeté l'éponge" en ne se représentant pas aux législatives.

    Le député du Nord, Alain Bocquet utilise des "ruses de Sioux" pour ne pas trop montrer son côté "néocons". Il évite les médias nationaux et les communiqués iconoclastes.
    Mais, il y a chez lui des "petites touches" : "je suis à 95% d'accord avec les idées de Nicolas Dupont-Aignan".

    En juin 2011 (sous Sarkozy), le groupe PS avait présenté une proposition de loi en faveur du mariage homo. Les députés PCF (alors dans le même groupe que les verts) votèrent pour, à l'exception de 3 d'entre eux : Gerin était volontairement absent, l'ex-chevènementiste Desallangre et Bocquet s'abstinrent.
    En juillet 2012, MG Buffet présentait une proposition de loi en faveur du mariage homo. Elle était signée par tous les députés Front de Gauche (y compris Patrice Carvalho) sauf Alain Bocquet (toutefois ni Carvalho, ni Bocquet ne signèrent la proposition Buffet en faveur de l'homoparentalité).

    Il est vrai que Bocquet a fini par se rallier puisqu'il a voté pour la loi sur le mariage homo en 2013 (seul Carvalho a voté contre).
    "Ruse de Sioux" ? Comme les 5% de désaccord avec NDA ?

    (1) En juin 2013, Jacques Sapir a polémiqué avec les économistes officiels du PCF.
    Le PCF camoufle son ralliement avec le slogan "une autre Europe, un autre euro", slogan qui rappelle "l'Europe sociale" que le PS nous refile à chaque élection européenne.
    L'article de Sapir a été repris dans plusieurs sites de communistes en désaccord avec la direction du PCF :
    http://lepcf.fr/Quand-la-mauvaise-foi-remplace-l

    RépondreSupprimer
  8. Eric Zemmour est constamment à bout de souffle ces derniers temps, lors de ses chroniques. Un problème de santé ?

    RépondreSupprimer
  9. Un probleme de peigne plutot ? Ou du souffle, mais plutot dans les cheveux ?

    RépondreSupprimer
  10. Faut bien mettre ses doigts à l'intérieur de la prise si l'on veut être au courant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À Kami,

      Drôle.

      Son propos n'est pourtant pas tiré par les cheveux.

      Supprimer
    2. Faut bien rire un peu dans ce monde de barjots en tous genres...

      Le qualificatif de "conservateur" désigne tout le monde en fait... Il y a des gens qui refusent de plier devant la bien-pensance actuelle qui gangrène tout, et ceux la pratiquant qui méprisent nombre de réalités anthropologiques.

      En plus "con" est un mot qui désigne le sexe de la femme. Rien à voir avec la masculinité des idées d'Eric Zemmour. Même s'il est vrai qu'il y a des femmes qui apprécient et pratiquent de manière naturelle le pouvoir au mascilin.

      Supprimer
  11. Aucun rapport avec le PC mais je ne sais pas où mettre l'info :

    "Sainte-Anne, petite ville de la Martinique, veut désormais savoir si les entreprises répondant à ses appels d’offre sont dirigées par des descendants d’anciens esclavagistes : "cette clause de transparence" est la première adoptée dans une commune française, selon le Cran."

    Sidérant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'est-ce qu'un "descendant d'esclave" ?

      La semaine passée, invitée de l'émission "On n'est pas couché", Ségolène Royal, interrogée sur le pseudo "racisme" qui s'étendrait en France a dit : il faudrait mettre en exergue auprès des élèves le fait que des personnalités importantes descendaient d'esclaves.
      Et elle citait Alexandre Dumas, dont la grand-mère paternelle était une esclave noire.

      D'abord, SR "découvre la lune". Moi, j'ai appris cela quand j'étais élève, à une époque (plus d'un demi-siècle) où les "antiracistes" ne racialisaient pas tout.
      Et puis, une fois qu'on connait cela, est-ce le plus important chez A. Dumas ? Pour moi, le plus important, ce sont ses oeuvres : "les Trois Mousquetaires", "le Comte de Monte-Cristo", etc ...

      Et puis surtout, le cas d'Alexandre Dumas est très ambigu sur ce plan. Car, si sa grand-mère était une esclave, son grand-père était ... le maitre de cette esclave !
      Donc, l'écrivain était descendant À LA FOIS d'esclaves et d'esclavagistes. Et cela, seulement 2 générations avant lui.

      Alors, au bout de 5 générations en moyenne (la fin de l'esclavage date de 1848), soit en théorie 2 puissance 5 ancêtres, soit 32 ascendants ?
      Et si on remonte au début de l'esclavage transatlantique (XVIe siècle), ça fait en moyenne 15 générations soit en théorie 2 puissance 15 ancêtres, soit 32768 ascendants.

      On voit bien là que la notion de "descendant d'esclave" pose de sérieux problèmes.

      Supprimer
  12. Une de ses meilleures !

    Matt

    RépondreSupprimer
  13. Depuis 40 ans nous sommes gouvernés par des fonctionnaires qui n´ont jamais eu à gérer une boutique, une entreprise, une usine. Depuis 40 ans nous sommes gouvernés par des fonctionnaires qui pensent que l´argent tombe du ciel.

    RépondreSupprimer
  14. Le projet de gauche est simple : multiplier les fonctionnaires et les assistés afin de consolider sa base électorale tout en culpabilsant ceux qui ont de l´argent pour mieux les tondre.


    RépondreSupprimer
  15. La France pays libéral??? Laissez moi rire. Comment peut on dire que la France est libérale alors que l´état subventionne grassement les syndicats, la presse, les associations politicardes comme SOS racisme.......La France est socialiste et elle en crève!!!!!

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour, je suis un de ces ploucs dont parle Zemmour. Merci de se faire ainsi notre porte-parole. Je suis bien placé pour vous dire que le petit blanc de base, dans les villages, se sent délaissé et incompris; qu'il souffre autant que ceux des banlieues, sauf que de lui, on n'en parle pas. Et on le culpabilise quand il se révolte avec ses mots de peuple. On s'étonne après, qu'il aille vers Marine. Tout ceci est ubuesque. Continuez donc, M. Zemmour, j'aime bien vos positions, courageuses en ces temps de tout bobo.

    RépondreSupprimer
  17. "La France pays libéral???"

    Je ne crois pas non plus, mais il n'y a pas qu'une forme de liberalisme, et par exemple, quand Zemmour fait remarquer que ca n'est pas très liberal de "sauver les banques" qui se sont ruinées avec des produits financiers particuliers, n'importe quel liberal de l'ecole autrichienne serait d'accord avec lui.
    (Je pourrais vous donner des noms, et meme les citer dans le texte !)

    "La France est socialiste et elle en crève!!!!!"
    Ca n'est pas que de la faute des socialistes...

    Un certain corporatisme (Que vous decrivez très bien) convient parfaitement a l'UMP ou autres. Ce ne sont pas des communistes qui gerent toutes les entreprises sous perfusions de subventions d'etat.

    Ils ont laissé leur coté "liberal" au vestiaire sans etat d'ames...

    RépondreSupprimer
  18. Je ne suis pas d´accord avec Eric Zemmour sur l´économie. Par contre quand il parle d´immigration et de politiquement correct je suis 100% d´accord avec lui. Je me considère comme un libéral sur le plan économique et conservateur sur le plan sociétal. Pour moi être libéral sur le plan économique celà veut dire ne plus suventionner les syndicats et les associations et diviser par deux le nombres d´élus. Je suis aussi pour la sortie de l´Euro pour la privatisation partielle de la sécu et de l´école publique. Je suis conservateur sur le plan sociétal car je crois au droit du sang, à un controlle strict de l´immigration et du regroupememt familial. Les roms par exemple devraient être expulsé de notre territoire.

    RépondreSupprimer
  19. En fait Zemmour est plus libéral sur le plan économique qu´il ne se l´imagine. Un libéral est contre toute subvention aux syndicats et associations. Celà tombe bien Zemmour hait SOS racisme..... Un libéral est contre le renflouement des banques en faillite. La majorité des libéraux sont pour la sortie de l´euro. Un libéral est contre l´aide sociale et la CMU pour les immigrés.

    RépondreSupprimer
  20. Vous voyez que ca n'est pas si simple...

    Beaucoup de gens "de gauche" seraient d'accord avec vous.
    (Suffit d'ecouter certians discours de Marchais sur l'immigration, voir de Salengro sur la preference nationale, par exemple !)

    RépondreSupprimer
  21. Que pouvait-on attendre d'autre de la part d'une revue comme le Point ?

    RépondreSupprimer
  22. Je suis moi aussi très hostile au subventionnement des syndicats et associations (du moins contre les excès dans ce domaine).

    Par exemple, SOS-Racisme est une "coquille vide" : il n'y a jamais eu la moindre section locale dans ma ville et au niveau de l'ensemble du département, c'est très épisodique.
    Cette association vit donc de l'enflure médiatique et des subventions, c'est une anomalie.
    On sait que sa création était une diversion pour faire oublier le virage économique de Mitterrand en 1983.

    Quant aux syndicats, à force de dépendre des subventions, ils sont de plus en plus déconnectés par rapport à la masse des travailleurs.
    On voit à quelles dérives cela les conduit (cf mon commentaire du 30/11 à 2h18).

    Pourtant, malgré mon hostilité à ce subventionnement excessif, je ne suis pas un libéral.

    RépondreSupprimer
  23. Réponse de l'économiste Jacques Sapir, intégré par "le Point" dans les soi-disant "néocons" :
    http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4116

    RépondreSupprimer
  24. Il ya autre chose, qui est d'ailleurs interessant: les socialistes n'etaient pas obligatoirement "de gauche" a l'origine (Il faut bien remonter a l'origine du mot "gauche" en France). Le basculement a eu lieu au XIXeme siecle, en particulier sous la 3eme republique.
    (L'evolution de certains radicaux est interessante a ce sujet)

    L'autre evidence c'est le lien entre les mouvements fascistes et le nazisme avec le socialisme.
    (Ce sont des mouvements de droite ou de gauche ? En general la gauche actuelle les classe a droite. C'est loin d'etre aussi simple.)

    C'est meme ethymologique pour le "national socialisme", a l'origine un parti ouvrier.

    Ca peut sembler abscon, mais a une epoque ou le ps a des "think tanks" (Tera nova) qui admettent ouvertement vouloir abandonner leur electorat traditionnel (Et meme le concept d'electorat pour ldonner le droit de vote a tout le monde ! Pour les elections locales, qu'on se rassure !), et ou les inegalités se creusent de facon impressionnantes (Et la France n'est pas le pays le plus extreme dans ce domaine !), ca n'est pas etonnant que les definitions evoluent.

    Idem pour un francais de droite patriote et traditionaliste, voir des industries vitales pour la securité ou l'independance du pays etre detruites (Et ca des liberaux comme A Smith n'aurait jamais approuvé), ou meme l'effet du liberalisme (Un certain liberalisme) sur les comportements individuels.

    Il est evident que le fossé entre lui et une autre categorie de la droite existe.

    RépondreSupprimer
  25. De nos jours, les communistes usent et abusent du terme "gauche".
    Certes, ils se sont toujours placés de ce côté-là, mais pour l'essentiel, ils se rattachaient plus au "mouvement ouvrier" qu'à la gauche.
    Privilégier ce terme n'est-ce pas reconnaitre qu'il s'est lui aussi éloigné de la classe ouvrière ?

    Ce n'est pas limité à la France.
    - Le PCF et le Front de Gauche ont adhéré au PGE (Parti de la Gauche Européenne).
    - En Italie, quand le PCI changea de nom, il s'appela PDS (Partito Democratico della Sinistra) (1). Depuis, il a fusionné avec d'autres pour s'appeler simplement Parti Démocrate (à l'américaine).
    - En Espagne, le PCE est dans une coalition appelée Izquierda (1) Unida.
    - En Allemagne, le parti héritier de celui qui dirigeait la RDA est maintenant dans une coalition avec le dissident social-démocrate O. Lafontaine, la coalition se nomme Die Linke (1).

    En France.
    En 2002, le candidat PCF Robert Hue, dont le parti était dans le gouvernement Jospin depuis 5 ans ne savait se différencier du PS qu'en se proclamant "plus à GAUCHE".
    Le PCF est allié au Parti de GAUCHE (de Mélenchon) dans le Front de GAUCHE.

    Après le référendum de 2005, il voulait se regrouper avec le "non de GAUCHE".
    On refusait ainsi toute relation avec le "non de droite", y compris les électeurs chez lesquels il y avait de nombreux ouvriers.
    En revanche, en privilégiant le terme "gauche", on montrait qu'on était proche du "oui de gauche".
    Cette première tentative de regroupement se qualifiait "d'antilibéraux".

    Pourtant, si on regarde l'Histoire, "gauche" et "antilibéralisme" sont-Ils synonymes ?

    (1) Sinistra, Izquierda et Linke veulent dire Gauche respectivement en italien, en espagnol et en allemand.

    RépondreSupprimer
  26. Les termes gauche et droite sont d'origine française, ils remontent à la Révolution de 1789.

    Sous la Constituante (1789-1791) :
    - La droite, ce sont les partisans de l'ancien régime.
    - La gauche, ce sont les partisans d'une constitution. Dans leur grande majorité, ils sont monarchistes.

    Sous la Législative (1791-1792), la droite de la Constituante n'y est plus.
    - La droite, ce sont les monarchistes constitutionnels (à gauche dans la précédente).
    - La gauche, ce sont les républicains (surtout Girondins).

    Sous la Convention (1792 jusqu'au 9 Thermidor), plus de monarchistes (en théorie).
    - La droite, ce sont les Girondins.
    - La gauche, ce sont les Montagnards.

    On a là en raccourci sur 5 ans ce qui va évoluer ensuite pendant un siècle.

    Sous la Restauration (1815-1830) :
    - La droite, ce sont les partisans du régime (futurs légitimistes).
    - La gauche, ce sont les républicains, les bonapartistes et les orléanistes (partisans du futur roi Louis-Philippe).

    Au début de la IIIe République (vers 1875) :
    - La droite, ce sont les monarchistes (légitimistes et orléanistes) et les bonapartistes.
    - La gauche, ce sont TOUS les républicains (radicaux-socialistes, radicaux, opportunistes et orléanistes ralliés à la république comme Thiers).

    Vers 1900, les républicains modérés se partagent :
    - À droite (avec les monarchistes, les ralliés des années 1890 et les nationalistes), se crée la Fédération Républicaine.
    - À gauche (avec les socialistes, les radicaux-socialistes et les radicaux), se crée l'Alliance Démocratique (avec Waldeck-Rousseau). Peu à peu, les groupes parlementaires liés à ce parti se nomment "républicains de gauche", "radicaux indépendants", "gauche radicale", ...

    Dans les années 20 et 30, l'Alliance Démocratique passe à droite (la gauche, ce sont les communistes, les socialistes, les socialistes indépendants, les radicaux). Mais les groupes parlementaires liés à ce parti conservent les termes "gauche" ou "radicaux".

    On voit donc que dans l'Histoire, bon nombre de libéraux ont été "à gauche".

    RépondreSupprimer
  27. "ils se rattachaient plus au "mouvement ouvrier" qu'à la gauche."

    Exact, c'est aussi interessant de voir le lien entre les anciennes corporations medievales et leur influence certains penseurs socialistes. Socialiste mais pas obligatoirement de "gauche".

    Thiers c'est celui qui disait, "certains doivent accepter d'etre destinés a la misère et accepter d'etre sacrifiés, tel est leur destin" (Me rappelle plus de la phrase exact, mais en gros, le travail des enfants et la journée de 25 heures, c'etait pas un probleme-je grossis a peine le trait-, mais il faut remettre les choses dans le contexte de l'epoque, on etait loin du RMI/RSA etc...).

    On peut penser a contrario au "socialisme conservateur" d'Orwell (tout de meme auteur de "1984" ou de "animal farm", comme panegirique du socialo-communisme on a vu mieux...), meme si c'est vrai que la notion de "common decency" est floue.

    Sans se sentir proche du socialisme, il est evident que il y a des variations dans le genre...

    RépondreSupprimer
  28. Je tiens à laisser ici ce témoignage véridique et édifiant, je préfère rester anonyme. Je confiais à une amie mes inquiétudes pour l'avenir, car cette modernité va trop vite pour moi, j'ai du mal à m'y adapter. Cette amie m'a conseillé de me décharger de mes préoccupations "en écrivant", et m'indique un site, un forum d'échanges. Mais elle m'a prévenu que ce site était tenu par des bobos FdG, et que le sujet (je lui en avais parlé) n'allait pas leur plaire. Je minimise cet avertissement et j'envoie à ce forum un billet d'humeur naïf mais sincère, dans lequel je disais, en gros, que je ne considérais pas forcément le vote FN comme un vote fasciste, et surtout, pour mon malheur, que "dans certaines petites villes du sud de la France, à partir d'un certain nombre de foulards islamiques dans les rues, l'habitant du cru (y compris celui issu d'une immigration qui a adopté les coutumes françaises) ne reconnaissait plus son pays, et que ceci est humain, à défaut d'être parfait". Il n'en a pas fallu davantage pour recevoir des réponses (des habitués du forum) allant du plus grand mépris (que viens tu faire là? t'as pas le niveau), à l'insulte gratuite (facho, poivrot etc) en passant par la menace professionnelle. En effet, je suis musicien, je tourne comme je peux et certains "ont promis de me griller partout". Ensuite, j'ai appris à relativiser car ce dernier point, en tant que musicien, m'inquiète. Mais j'ai appris que c'était un microcosme sans grande influence. En tout cas, à 56 ans, jamais je n'ai reçu une telle avalanche d'ordures sur ma tête. Maintenant ça va mieux mais j'en ai été quasi malade pendant une semaine (ça s'est passé il y a une dizaine de jours). Ce qui est extrêmement préoccupant dans tout ceci, c'est le réflexe du procès stalinien qu'un certain courant vous fait immédiatement dès que vous abordez certains sujets, et d'autant plus grave qu'à mon avis rien dans ce que j'ai dit, n'était particulièrement choquant ni extrémiste. Je pense à Zemmour quand il cite la phrase " le peuple ne pense pas comme il faut? Changeons le peuple!". C'est exactement ce que certains veulent faire. Heureusement, sur ce forum, des personnes m'ont défendu, mais l'épreuve a été rude (certains se sont acharnés pendant 4 jours en se relayant), et j'espère surtout qu'au niveau professionnel il n'y aura pas de conséquence. Il se passe actuellement en France une sorte de guerre contre le peuple.
    Pour finir, je suppose que M. Zemmour doit recevoir chaque jour des insultes et des menaces...Comment fait-il pour supporter?
    Amitiés

    RépondreSupprimer
  29. harry callahan19 mars 2014 à 18:24

    Vous n'etes pas seul.
    (Et certainement de moins en moins)

    Ca devrait vous reconforter un petit peu.

    Cela dit le front de gauche, il y a moins rigide et ideologue dans le genre, vous vous etes exposé a ce genre de reactions...

    Il y avait pourtant eu une histoire de candidate voilée au NPA. Exclue finalement. Ces gens ne gerent que difficilement le fait de venir de courants marxisants trés athée et de se confronter a une clientèle importé qui lui par contre l'est beaucoup moins...Un jour la clientèle mettra ses propres candidats en place, et le NPA et FdG seront hors jeux, tués par leur internationalisme....

    Idem, le showbiz n'est pas meilleur milieux pour expremier vos doutes.

    Mais vou savez le droit de revenir ici !
    (Envoyer nous vos FdG et divers, on les mettra en face de leurs contradictions...)

    RépondreSupprimer

Vous êtes juridiquement responsable du contenu de votre commentaire.

Nous apprécions tous les commentaires et toutes les opinions. Toutefois, le langage "SMS" n'a pas sa place ici. Nous vous remercions de rédiger votre message de façon à ce qu'il soit lisible, argumenté et compréhensible pour tout le monde.
Nous vous demandons également de rester dans le sujet de l'article concerné.

Les attaques personnelles, la diffamation, les propos racistes, le spam et/ou plus généralement tout ce qui peut être répréhensible au regard de la législation Française n'ont pas leur place ici. Les commentaires peuvent donc être soumis à validation ou supprimés sans préavis.