lundi 12 mai 2008

Zemmour face à Eric Breteau (l'Arche de Zoé)




L'affaire Arche de Zoé ; ''Les Dessous de l'affaire d'Etats'', avec Eric Breteau, Alexandre Arcady, Jacques Vergès, Michelle Torr (F2 On n’est pas couché 3-5-08)

Les quinze dernières minutes de l’interview d’Eric Breteau par Zemmour et Naulleau. A noter : vers le repère 8’40, à la fin de cet extrait, Laurent Ruquier rappelle la teneur d’un article du '' Point '' (http://www.lepoint.fr/actualites/ce-que-breteau-mijotait-a-fresnes/1331/0/241930). Alors qu’il était encore détenu à Fresnes, Eric Breteau, qui songeait à coucher sur le papier ses exploits africains, avait écrit à plusieurs éditeurs en leur expliquant que '' les possibilités de promotion à venir (plateaux TV, émissions de radio, salons littéraires, séances de dédicaces, etc.) feront de ce livre un best-seller, c'est certain ''. Il avait raison. En tout cas pour ce qui concerne '' les possibilités de promotion ''.

* L’interview en version intégrale :
L'affaire Arche de Zoé ; ''Les Dessous de l'affaire d'Etats'', avec Breteau, Arcady, Vergès, Torr (ONPC 3-5-08)PM
http://www.megaupload.com/?d=2L2YAQOV

10 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Pour connaître juste un peu l’Afrique et mon meilleur ami étant africain, je pense qu’ils se sont fait tout simplement rouler dans la farine.
    Les manipulations et le mensonge sont une deuxième nature là bas. Dans une situation où la simple survie est le moteur principal des motivations, tout est possible.
    Mon ami qui a investi dans son propre pays après avoir gagné pas mal d’argent aux Etats-Unis, c’est fait plumé à commencer par sa famille.
    Alors les naïfs et les bonnes consciences, c’est du gâteau !

    RépondreSupprimer
  3. Exact.

    Les ONG doivent être prudentes.

    Cela dit ce Breteau est passablement déplaisant.
    (D'autant qu'il ne manque pas d'aplomb.)

    C'est ironique, ces gens qui veulent outrepasser les Etats et qui en viennent a pleurnicher de l'aide après...
    (En pretendant que le Quai d'Orsay les a laché...Faire mumuse plus ou moins honnetement là où il y a conflits d'Etats...Tans pis pour eux, certains les auraient laissé croupir dans les geôles africaines, alors profil bas, un passeport francais, ca n'est pas toujours un handicap...)

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connais pas du tout le milieu des ONG. Je ne les pas rencontré et on ne m’en a pas parlé que je suis allé au Burkina Faso.
    Du coup, pour dépanner dans l’urgence, j’ai envoyé de l’argent et des médicaments.
    Comme ça au moins, je sais que c’est arrivé directement à la personne concernée.

    RépondreSupprimer
  5. Avoir acquis à sa cause, quelle qu'elle soit, comme allié Maître Vergèse ne plaide pas nécessairement en sa faveur. C'est un à priori que je ne puis qualifier de favorable indiscutablement.

    Sur le fond de l'affaire qui nous intéresse ici, s'il est peu contestable que des maladresses magistrales ont été commises en relation au déplacement et aux raisons invoquées pour cela de ses enfants présumés du Darfour, il n'en demeure pas moins qu'il serait indécent d'en profiter pour vouloir faire le procès des humanitaires en général et de l'ensemble de ceux qui s'y investissent généreusement.

    Vouloir agir sur ce plan en sol étranger, de façon la plus légale, implique effectivement au préalable une connaissance des lois et des us et coutumes dont on ne peut faire les frais. Avant d'agir et de placer ces enfants dans un projet d'adoption, il eut été souhaitable que cette association, animée au demeurant des meilleures intentions, ait eu connaissance des lois musulmanes issues de la Charia en vigueur et qui précisent que l'adoption d'un mineur étranger ne peut être prononcée si la loi de son pays l'interdit. Or l'adoption simple ou plénière telle que pratiquée en France n'est pas reconnue dans la plupart des pays musulmans dont de Darfour.
    Face à cette aporie, la formule de l'adoption, juridiquement impraticable a officiellement effectivement été abandonnée, après que l'opération ait été malheureusement déclenchée.

    L'autre erreur, plus initiale encore réside dans le projet lui-même au départ. On avançait le nombre de 10 000 enfants pouvant être rapatriés en France. Ce n'est pas une mince affaire que de lancer de tels projets aux implications multiples. Et l'on ne peut soutenir un nombre inconsidéré de projets qui voudraient faire de notre pays une terre d'accueil aveugle aux conséquences à venir.

    12 mai 2008 12:35

    RépondreSupprimer
  6. Comme le faisait remarquer Consensus faire des interventions privées dans des pays en guerres ou très pauvres, il faut etre très solide.

    Récement un politique francais a été pris a parti parce des camions de l'ONU ont été utilisés pour faire passer des armes et "qu'il n'a rien fait"...il a fait remarqué qu'en temps de guerre, c'etait pas une surprise, et pas toujours facile a contrôler.

    A votre avis traiter une guerre, qu'est ce qui est le plus efficace :Un traité de paix ou des colis d'aide ?

    Quelque part, pointer les llimites des Etats admettons , mais pas au nom de la naiveté et des bons sentiments.

    RépondreSupprimer
  7. Les ONG doivent faire leur travail.. qui n'est pas une mince affaire et pour bon nombre d'entre-nous, il conviendrait mieux de soutenir quelques unes de leurs meilleures actions.

    Je ne comprends pas le sens du débat à leur égard.
    Doit-on remettre en cause, afin de faire plaisir à monsieur Eric Zemmour, à ses ébauches de thèses dont on ne voit pas l'issue, le bien fondé de leur action ?
    Et que vaut cet idolâtrisme, ce "groopisme" adolescent à l'égard d'un journaliste un peu grisé par la célébrité ? A quoi rime-t-il de clamer toute son adoration à la moindre de ses embardées ?
    En quoi un jour nouveau se lève-t-il après qu'il ait parlé ??

    RépondreSupprimer
  8. c'est honteux que ce bonhomme (médiatisé de surcroît) se fasse du fric sur notre dos en créant un scandale car il n'est rien d'autre que ça. voilà c'est mon avis...

    RépondreSupprimer
  9. Alors un message un peu différent, et une question :
    Ce que j'ai trouvé particulièrement intéressant dans cette vidéo c'est les deux modes de pensée qu'elle mets en lumière : Zemmour vs Breteau.
    Zemmour associe cette différence à celle entre Raison et Sentimentalisme (ou un terme qui s'en approche).
    Alors quelque chose m'a fait tilter la dedans.
    Qu'est-ce qui anime un esprit raisonné. Les mécanismes d'un esprit "sentimentaliste" paraissent évidentes : faire une bonne action, être gentil etc etc.
    Mais par quoi est animé un esprit raisonné. Quel sentiment y est associé.
    Je sais que ce message peut sembler flou, mais essayez d'y réfléchir 2 minutes..

    RépondreSupprimer
  10. Alors un message un peu différent, et une question :
    Ce que j'ai trouvé particulièrement intéressant dans cette vidéo c'est les deux modes de pensée qu'elle mets en lumière : Zemmour vs Breteau.
    Zemmour associe cette différence à celle entre Raison et Sentimentalisme (ou un terme qui s'en approche).
    Alors quelque chose m'a fait tilter la dedans.
    Qu'est-ce qui anime un esprit raisonné. Les mécanismes d'un esprit "sentimentaliste" paraissent évidentes : faire une bonne action, être gentil etc etc.
    Mais par quoi est animé un esprit raisonné. Quel sentiment y est associé.
    Je sais que ce message peut sembler flou, mais essayez d'y réfléchir 2 minutes..

    RépondreSupprimer

Vous êtes juridiquement responsable du contenu de votre commentaire.

Nous apprécions tous les commentaires et toutes les opinions. Toutefois, le langage "SMS" n'a pas sa place ici. Nous vous remercions de rédiger votre message de façon à ce qu'il soit lisible, argumenté et compréhensible pour tout le monde.
Nous vous demandons également de rester dans le sujet de l'article concerné.

Les attaques personnelles, la diffamation, les propos racistes, le spam, les liens vers d'autres sites ainsi que tout ce qui peut être répréhensible au regard de la législation Française n'ont pas leur place ici. Les commentaires peuvent donc être soumis à validation ou supprimés sans préavis.