mardi 25 mars 2008

Zemmour face à Francois De Closets sur l'euthanasie


87 commentaires:

  1. Je suis d'autant plus choqué par les propos de Zemmour que je fais partie de ceux qui "l'aiment" !

    En Suisse romande, l'association EXIT exerce légalement son activité d'assistance au suicide de manière sérieuse et digne. Tout se passe pour le mieux et la population y est favorable à une très large majorité.

    RépondreSupprimer
  2. Il n'y a pas à être "choqué" par ses propos.

    Comme sur tout les débats portant sur l'éthique (avortement, euthanasie), les médias sont unanimes comme si il ne devrait pas y avoir de questions à se poser. Et pourtant ces questions sont complexes et très loin d'être anodines pour la société.

    Zemmour apporte une vision différente préférant que l'hypocrisie règle les cas les plus extrêmes plutôt que de donner par la loi le droit de tuer (la porte ouverte à toutes les dérives).

    Deux questions concernant la nécessité de légiférer :
    - Chantal Sebire a t'elle réussie à mourir ?
    - Sans la polémique qu'elle a elle même voulue, l'autopsie aurait elle été pratiquée ?
    => Une loi est elle nécessaire ?

    On nous présente l'euthanasie comme la seule solution, mais l'envie de mourir des malades n'est elle pas souvent la traduction de la volonté de voir les douleurs diminuer (=> Soins palliatifs) ?

    A partir du moment où certains peuvent avoir intérêt à faire mourir une personne malade, la loi est la porte ouverte à toutes les dérives.
    Certaines personnes malades ne demanderont t elles pas l'euthanasie simplement parce qu'elles auront l'impression de n'être plus que des êtres gênants pour leur entourage ?

    J'ai gardé la question la plus polémique pour la fin. On en entend jamais parler et pourtant elle est centrale : Un malade euthanasié, n'est ce pas un lit d'hôpital qui se libère ? La question est cynique mais destinée à montrer que la société tire profit de l'euthanasie de ses membres qui vivent à son crochet. Quasiment nécessairement, elle finira sans doute par encourager la pratique.

    Quelle société voulons nous ?


    (Pour ce qui est de la prestation de Zemmour, je le trouve dans cet extrait peu convaincant car il n'a pas le temps de développer sa pensée sur un sujet aussi complexe)

    RépondreSupprimer
  3. Sans parler du risque de glisser de "Il souhaite mourir" à "Il serait en possession de tous ses moyens, il souhaiterait très certainement mourir". Car les personnes âgées et les handicapés mentaux coûtent cher également...

    RépondreSupprimer
  4. Pas d'accord avec Eric Zemmour, mais je suis désolé que ses arguments aient été une fois de plus couverts par les huées alors qu'ils étaient particulièrement intéressants, réfléchis et originaux.

    RépondreSupprimer
  5. Francois de Closets a ici des arguments qui tiennent la route, qui sont cohérents. Ses arguments présupposent la liberté ultime qu'est le libre arbitre. Toute notre société moderne est basée sur le libre arbitre. Le libre arbitre existe-t-il vraiment? C'est un autre débat (philosophique ou scientifique).
    Je trouve Zemmour décevant dans cette intervention. Peut-etre n'a-t-il pas eu le temps de bien s'exprimer, pas eu le temps non plus de comprendre De Closets?

    RépondreSupprimer
  6. La solution la moins mauvaise, c'est la solution la meilleure. Zemmour peut raconter ce qu'il veut, cette affirmation est néanmoins d'une logique simple et implacable.

    RépondreSupprimer
  7. bonjour, Eric Zemmour n' a jamais le temps de dévelloper, c' est sans doute pour ca qu' il ne se fait pas virer...
    Si il on lui en laissait le temps,il serait convaincant,mais il casserai la barraque de tout ces sinistes cons et il serait puni.
    c' est pour ca qu' il faud une bande de boeuf décérebrés pour applaudir l' autre vilain et huer Zemmour, ca casse le rythme et empèche la reflexion du télespectateur.
    comme dit Soral (un puni...) "il y a ceux qui savent comment marche la télé... et les autres..."
    Eric Zemmour essai d' expliquer sa vision. Peut etre une socièté qui ne jetterait pas ces vieux comme des Kleenex?
    Qui vas décider l' interuption d' une vie? un malade qui n' a plus sa conscience? un toubib qui a besoin d' une place? une famille de con qui ne veus plus payer pour mamie et qui veus les sousous de la vente de sa maison?
    vu la "marchandisation" du domaine de la santé à laquelle on assiste aujourd' hui, je trouve ca trés risqué.
    Moi, je fait parti de ceux qui "aiment" Zemour, mais je sais pourquoi.

    RépondreSupprimer
  8. Non il y a une grande différence entre "la solution la moins mauvaise" et "la solution la meilleure".

    Lorsque Zemmour parle de "la solution la moins mauvaise", c'est pour qualifier l'avortement. Par cette expression, il me semble qu'il souhaite dire que la dépénalisation de l'avortement est bonne dans le sens où elle évite les avortements clandestins mais que l'acte en lui même reste éthiquement non acceptable (et donc que l'avortement n'est pas un acte à encourager).

    Evidemment les gens qui croient qu'une chose pas blanche est noire seront passé à coté de cette nuance (merci anonyme de 14:41).

    RépondreSupprimer
  9. Bravo Zemmour !
    Remarquez que ce qui gène tant ses gens dans la peine de mort ne les gènent plus du tout quand il est question d'euthanasie. Très révélateur.

    RépondreSupprimer
  10. Bon allez tibo, je vais essayer de vous sauver. Petite démonstration de logique. Oubliez Zemmour, oubliez l'avortement.

    petit = contraire de grand
    mauvais = contraire de bon

    le moins petit = le plus grand
    le moins mauvais = le plus bon

    le plus bon = le meilleur

    le moins mauvais = le meilleur

    Si vous n'arrivez pas à accepter cela et à l'integrer dans votre discours, je ne peux rien faire pour vous.

    "Ce n'est pas parce qu'une chose n'est pas blanche, qu'elle est forcement noire." La-dessus nous sommes d'accord, c'est aussi de la logique pure.

    RépondreSupprimer
  11. Anonyme, l'art oratoire n'est pas la logique et lorsque l'on débat, deux expressions qui, en toute logique, disent la même chose peuvent ne pas faire passer la même idée.

    Il faut savoir peser les mots et Zemmour le fait très bien ici :

    La moins mauvaise : insiste sur le fait qu'un acte est mauvais mais qu'il n'y a pas mieux.
    Le meilleur : insinue que l'acte est bon (et qu'il n'y a pas mieux).

    Après si vous êtes plus matheux que littéraire, vous perdrez peut-être moins de votre précieux temps inutilement en vous consacrant à l'analyse de problèmes d'algèbres qu'à celle de la rhétorique de notre cher Zemmour.

    RépondreSupprimer
  12. Je ne saurais apporter une meilleure réponse a la question sur l'avortement que celle-ci.J'approuve a 100% les idées de zemmour.
    Malthusianisme, obscurantisme, pharisaïsme : Trois vérités cachées derrière l'euthanasie

    Tribune de Jean-Claude MARTINEZ

    Ça y est ! C'est parti ! Les chiens dont parlait le Président Mitterrand ont flairé la piste. De télévision en journaux, d'associations de circonstance en grandes âmes à faible consistance, la meute aboie, éructe ou bave devant la vie acculée, apeurée, haletante et souffrante.

    La mort ! La mort ! L'euthanasie ! Parce que c'est d'elle qu'il s'agit. Chantal Sébire aujourd'hui. Vincent Humbert hier. Demain, une autre vie chancelante qu'ils instrumentaliseront. Jusqu'à ce qu'ils obtiennent, gravé dans le marbre en plastique d'une loi de circonstance, le droit de tuer.

    Car c'est cette perversion du droit qu'un conglomérat d'histrions de la médecine, de galopins de la politique et de vibrions du journalisme essaie de nous imposer pour les trois déraisons qu'ils ne cessent de cacher derrière le débat fumigène d'une euthanasie encore plus stupide que révoltante.

    Que se cache-t-il en effet derrière le tsunami d'euthanasie compassionnelle venant de gens qui, en août 2003, n'ont pas eu le millième de ces trésors de compassion qui les habite pour tendre un verre d'eau aux 14 803 papys et mamies morts déshydratés ?

    Il se cache le malthusianisme, l'obscurantisme et le pharisaïsme.

    D'abord, l'actuelle propension à vouloir offrir à chacun le droit à s'euthanasier est inversement proportionnelle aux possibilités de se soigner dans l'efficacité. Dans l'Europe des austérités budgétaires, le droit à l'euthanasie devient un substitut du droit aux soins de plus en plus restreint. Chantal Sébire en a été l'illustration qui devrait faire hurler de colère ce parti de gauche osant réclamer "sans tabou… le droit de choisir sa mort", pour ceux qui n'ont plus le droit de choisir les soins qui rendent la vie.

    Car Chantal Sébire n'avait-elle par un neuroblastome olfactif curable ? Pour autant que des hôpitaux n'aient pas été fermés. Que des médecins n'aient pas été absents par le numérus clausus. Que les internes n'aient pas été recrutés au rabais. Que les chirurgiens et les anesthésistes n'aient pas renoncés faute d'assureurs pour les assurer. Que les appareils Petscan de diagnostic précoces n'aient pas été absents depuis des années de tous les hôpitaux français.

    Oui, Chantal Sébire n'a pas eu tous les moyens de se soigner. À cause des choix politiques malthusiens que les partis alternativement au pouvoir font depuis des années. Très exactement depuis 1992 et le traité de Maastricht dont l'article 104 C étouffe la France et l'Europe sous la chape de plomb d'un pacte d'austérité budgétaire.

    La première vérité cachée, c'est le malthusianisme économique. Il crée le misérabilisme ambiant qui donne le misérable débat que l'on voit et les pratiques misérables qui arrivent. Si Ariel Sharon avait été soigné à Berck, par le médecin de Vincent Humbert, il ne serait plus là. Or il est là. Ce qui révèle deux autres vérités cachées sur la secte de la libre euthanasiologie : la régression obscurantiste qui la caractérise et l'égoïsme pharisien qui la résume.

    Les obscurantistes ne veulent pas voir qu'après Pasteur et Fleming les pas de géant de la science continuent, acheminant vers la régénération neuronale ou la micro chirurgie vasculaire par exemple. Si bien qu'avant la fin de ce siècle, Vincent Humbert aurait remarché.

    Quel gâchis alors que de lui avoir refuser les moyens de pouvoir attendre, de s'adapter et d'espérer.

    Malthusianisme qui a fabriqué en Europe l'entonnoir à euthanasie, obscurantisme consternant qui ferme l'avenir et surtout pharisaïsme ambiant.

    Le discours sur l'euthanasie déverse en effet des torrents d'hypocrisie.

    D'abord, la dénonciation d'un "acharnement thérapeutique" dans une France où les chirurgiens, les anesthésistes, les infirmières, les lits d'hôpitaux, les IRM et les petscans manquant, c'est le rationnement thérapeutique qui fait scandale et non l'excès de soins.

    Ensuite, la drôle de compassion, la seringue en bandoulière et la piqûre à la boutonnière, qui veut aider à mourir, parce qu'une minute suffit pour piquer, mais qui refus d'aider à vivre, parce que là il faut plus de temps. Car enfin, les 400 personnes qui ont trouvé deux heures pour aller à la messe de Vincent Humbert éliminé n'avaient pas trouvé dix minutes pour aller parler avec Vincent Humbert quand il les attendait. Il le dit et s'en plaint dans son livre qui est un hymne à la vie et le récit d'une avalanche d'égoïsmes qui l'ont acculé

    Encore l'invocation d'une dignité pourtant tellement refusée aux milliers d'oubliés dans les maisons de retraite, que l'on ne voit pas comment elle serait sincèrement accordée aux enfermés dans la maladie. En vérité, l'euthanasie consiste moins à reconnaître la dignité de l'autre qu'à s'exonérer de sa culpabilité envers les autres. Notamment parce que, depuis vingt ans, on a voté n'importe comment en laissant se créer tellement la pénurie de tout que l'euthanasie organise en final la pénurie de la vie. Quand l'Europe des restrictions impose le choix budgétaire entre investir pour les dieux du stade ou les vieux au dernier stade, on choisit les premiers et on offre l'euthanasie aux seconds.

    Enfin, quand on invoque les droits de l'homme pour refuser aux fils malades de l'homme le droit de rester parmi les autres hommes, le droit à l'euthanasie de l'autre se réduit au droit à l'égoïsme pour soi. C'est si vrai que s'il ne restait sur terre que B. Kouchner et Chantal Sébire, le premier voudrait-il vraiment une "loi d'exception" pour éliminer la seule habitante et se retrouver seul avec son sac de riz ? C'est donc bien que le grand malade a une grande valeur, puisque lorsque Robinson Crusoë n'a plus que lui le vendredi, il ne lui viendrait pas à l'idée de le tuer le samedi. Pour se retrouver seul le dimanche.

    Or les hommes de la terre sont seuls dans l'espace. Les deux sondes spatiales, parties sous la présidence Carter il y a trente ans, ont quitté le système solaire à la recherche de signes de la vie. Et elles n'ont rien capté. La vie terrestre est bien une exception dans l'univers. "Une exception à la loi" de la vie exceptionnelle supprimerai alors l'exception de la vie.

    M. le ministre Kouchner, Mme le ministre Morano, quand un pays commence à faire une "exception à la loi" de Moïse, on sait où le toboggan des exceptions conduit. Moi, j'ai choisi le camp de la vie. Sans aucune exception.

    RépondreSupprimer
  13. (Pour ce qui est de la prestation de Zemmour, je le trouve dans cet extrait peu convaincant car il n'a pas le temps de développer sa pensée sur un sujet aussi complexe)
    .......................
    C'est exactement, ce que je pense.
    Il est sans cesse coupé dans son élan et c'est agaçant. je parle là, de toutes ses prestations dans les émissions.
    Celà dit, il est formidable

    RépondreSupprimer
  14. "le moins mauvais = le meilleur

    Si vous n'arrivez pas à accepter cela et à l'integrer dans votre discours, je ne peux rien faire pour vous."

    Merci, mais on comprend très bien ce qu'est le relativisme moral...

    RépondreSupprimer
  15. merci gael, tu confirmes l'article de J C Martinez que j'ai mis plus haut

    RépondreSupprimer
  16. 100 % d'accord avec la weltanschauung, la vision du monde de Zemmour.

    Enfin un homme de droite qui ne met pas son drapeau dans sa poche. C'est trop facile, comme le font les gens de gauche, de faire progresser leurs idées à l'ombre les mouchoirs et des larmes qui n'ont pas l'ombre d'un début de formation politique... et souvent de sens moral.

    RépondreSupprimer
  17. Donc Zemmour est contre l'avortement.
    Et la pillule, qu'est-ce qu'il en pense? A mon avis il ferait mieux de demarrer un nouveau bouquin, parce que là il va falloir qu'il s'explique...

    RépondreSupprimer
  18. Confondre l'avortement et la contraception est plutôt bas, faut pas tout mélanger non plus, bref tu es ridicule en fesant cette pitoyable comparaison.

    RépondreSupprimer
  19. Dans ce dernier cas, je pense que Zemmour préfèrait les moyens de contraceptions plutôt que l'avortement qui toujours une chose terrible! Le principe serait: moins d'avortement, et ça irait mieux grâce aux moyens de contraception, on ne subirait pas cet acte ignoble qu'est l'avortement, surtout pour les filles et femmes violées et quand l'accouchement présente un risque très grave pour la santé de la mère.

    RépondreSupprimer
  20. Quand je vois ce débat je suis éffaré...non pas par les propos de Zemmour mais par la pression médiatique et ce débat complètement faussé : jeux sur les émotions , cas particuliers , sondages biaisés , personnalités people pour l'euthanasie ...
    J'admire M . Zemmour car il est dans le vrai , car il n'a pas peur de dire ce qu'il pense et qu'il va au-delà d'un public complètement endoctriné par une dictature médiatique.

    RépondreSupprimer
  21. Là, franchement, alors que je suis fan également, je le trouve juste naze intellectuellement... C'est quoi ces dérapages genre "notre corps ne nous appartient pas.."?
    Je ne lui croyais qu'une religion: la République. Fut elle chimérique...Et ca me plaisait.

    RépondreSupprimer
  22. ce que Zemmour veut dire c'est que la solution est de laisser faire les choses; de ne pas aller condamner une mère qui a aider son fils souffrant le martyr à mettre fin lui même à ses jours.
    Il dit aussi qu'une loi est malsaine et qu'elle pourrait entraîner des dérives.

    Je suis d'accord avec cette analyse.
    en revanche je trouve qu'il a exprimé son avis de façon provocante... peut être parce qu'on le lui demande.

    RépondreSupprimer
  23. Pour une fois, j'ai pas trouvé Zemmour excellent...On dirait qu'il ne croyait pas lui-même à ce qu'il disait et il s'est enlisé dans des arguments vraiment peu convainquants...(qui semblent relever d'un dogme religieux)
    J'ajoute que je ne pense pas qu'il soit positif de condamner à vivre quelqu'un qui souffre atrocement. Pourquoi ne pas lui donner le droit de voir ces souffrances cesser? Pourquoi pousser à l'extrême le droit à la vie, jusqu'à lui faire prendre un aspect négatif?
    Mais on l'aime quand même notre Zemmour national :)
    Hector

    RépondreSupprimer
  24. Sujet extrêmement délicat, qu'on ne peut résoudre en si peu de temps à la télé.
    Notre champion Zemmour en effet n'a pas eu le temps sans doute de développer son analyse, celle de De Closets était tout à fait respectable, l'homme en a dans la tête, ce n'est pas nouveau.
    Si quelqu'un peut m'expliquer la phrase d'Eric Zemmour: je préfère l'hypocrisie à la transparence, j'avoue que je cale un peu!
    En revanche la démonstration d'Anonyme qui nous dit que le moins mauvais = le plus bon, relève de l'analyse simpliste, le moins mauvais reste dans le registre du mauvais, le plus bon ( meilleur)dans le registre du bon,

    et la moins mauvaise solution reste quand même mauvaise dans l'absolu.

    Pour terminer sur Zemmour, il a le don de se mettre tout le monde à dos par son intransigeance, le moins qu'on puisse dire c'est qu'il ne fait pas dans la diplomatie.
    C'est aussi pour ça qu'on l'aime!

    RépondreSupprimer
  25. http://infosfromfrance.skyrock.com/

    Soutenons la cause tibétaine!

    Bravo à Eric Zemmour, dont je ne rate aucune émission TV (I-télé et France 2)...Continuez comme ca!

    RépondreSupprimer
  26. Quand il dit 'je préfère l'hypocrisie à la transparence', c'est finalement assez basique. Enfin, si j'ai bien compris. L'hypocrisie étant par définition de cacher son opinion, son avis profond. Cela deviendrait, en plus simple par, je préfère que les gens soit modérés qu'extreme, même s'ils ont des convictions extremes.

    Ok c'est pas tres clair. Je reesaye.

    Dans le cas particulier de l'euthanasie, il l'attribut à la loi. Les politiques savent que le problème est réelle. Qu'il faudrait légiférer. Plus de transparence. Cependant, les dérapages deviendraient tellement plus 'accessible' si une loi passée, qu'il vaut mieux laisser cela dans une sorte d'entre deux... d'illicite non condamné quoi.

    Ensuite, zemmour est plus générale. C'est carrement de l'hypocrisie comportementale, même societale dont il parle en parlant de ce bon vieu staline.
    Les gens, un jour ou l'autre, confrontés à des evenements douloureux, peuvent être amener à vouloir tuer d'autres personnes. Ok. Dans l'émotion disons. Ceux qui l'est en empêche, la plupart du temps, c'est leur côtés civilizés. Leur côté, modérés.
    De la même manière, une societé peut se retourner contre une parti de sa propre population. Si on la stimule avec des émotions fortes, des peurs. Or si les politiques disaient vraiment ce qu'ils pensent et surtout la réalité véritables des choses, les gens, affolés, terrorisés, serait prêt à petter les plombs et à se retourner contre, disons, une minorité par exemple.
    En gros. Moins on en sait, mieux c'est. Et surtout, ça preserve la paix social. Voilà.

    Sinon, je partage l'avis de tous ici. La question de l'euthanasie est très complexe. Bien plus complexe en tout cas qu'un people de seconde zone qui nous dit 'Ouais, c'est deguelasse, on a pas le droit de leur enlever leur dignité'. Ce traitement des problemes societales est proprement scandaleux. La manière dont on déplace leur traitement petit à petit dans l'émotion et non plus dans la raison, voir même de la philosophie (on parle de la vie quand même)... c'est dingue. Quand on voit les veaux du public. Leur arrive t il de reflechir ? D'aller plus loin que le 'ouin ouin, c'est mal' ou 'youpi youpi, c'est bien'. Les publics de ce genre d'émissions ont toujours le propre de réagir exactement comme on sait qu'ils vont réagir. Dans le sens du nouvel ordre moral. Mou et irreflechi.

    Enfin, concernant Zemour, je partage pas mal de ces analyses, mais cette manière qu'il a d'aligner les certitudes, de provoquer inutilement, participe certe au succes de son 'personnage' médiatique, mais dessert de beaucoup les idées qu'il veut faire passer.

    Bon, d'accord, pas sûr d'avoir fait avancer les choses...

    RépondreSupprimer
  27. Quand Zemmour dit 'je préfère l'hypocrisie à la transparence', je pense qu'il veut dire que chacun d'entre nous est faillible et peut être amené à transgresser ses propres valeurs morales sous la pression d'évènements douloureux ou stressants. En étant hypocrite, on se donne la liberté d'agir en dehors des règles sociétales, sans rendre de compte à personne et d'assumer des choix personnels que la morale réprouve (ici assister quelqu'un dans son suicide).

    Par transparence, je pense qu'il fait référence au fait d'encadrer par la loi la moindre décision personnelle. Ici, on est dépossédé de sa mort, qui devient un évènement soumis à un cadre règlementaire. Son rapprochement au Stalinisme est dû au fait que comme sous Staline on essaye d'avoir le contrôle TOTAL de chaque élément de la vie de n'importe qui. C'est une dérive totalitaire que de vouloir enfermer dans un cadre juridique une chose personnelle comme sa propre mort.

    En gros que l'hypocrisie est libertaire (je prends mes libertés sur la morale quand elle devient trop contraignante) et que la transparence est liberticide (chacun doit rendre des comptes à la loi de ses agissements).

    Enfin, je l'ai compris comme ça.

    RépondreSupprimer
  28. Je suis outré par les propos de Zemmour.
    Ce st des propos de "cul-béni" prédicateur du dimanche.
    La vie n est pas un "don", je partage plutot la vision "houellebcquienne" de la vie:
    "c est un homme et une femme qui décident de baiser, une simple éjaculation"
    A partir de la les arguments à 2 balles de Zemmour (qu il a parfaitement eu le tps de dévelloper!!) m irritent particulièrement.

    Son attitude c est le déni absolu de la volonté de l autre. Penser à sa place.

    "Si dieu existe, le moins que l on puisse dire est qu il est complètement incompétent" George Carlin.

    On se cache tous derrière qque chose.
    Zemmour derrière son insolence et maintenant derrière son cul-béni...
    c dommage, je l aimais bien.

    Je zappe le RSS de ce blog!

    RépondreSupprimer
  29. bravo Vancouver si ton modéle c'est houellebeck...tu n'as rien à faire ici...!!

    bon vent

    RépondreSupprimer
  30. Les torrents de connerie de M. Martinez :

    "Les obscurantistes ne veulent pas voir qu'après Pasteur et Fleming les pas de géant de la science continuent, acheminant vers la régénération neuronale ou la micro chirurgie vasculaire par exemple. Si bien qu'avant la fin de ce siècle, Vincent Humbert aurait remarché.
    Quel gâchis alors que de lui avoir refuser les moyens de pouvoir attendre, de s'adapter et d'espérer."

    L'imbécile qui a écrit ces lignes comprend-il vraiment la situation ? Ca s'appelle de l'égocentrisme, et ça ne mérite pas une appellation plus recherchée.

    "Or les hommes de la terre sont seuls dans l'espace. Les deux sondes spatiales, parties sous la présidence Carter il y a trente ans, ont quitté le système solaire à la recherche de signes de la vie. Et elles n'ont rien capté. La vie terrestre est bien une exception dans l'univers. "Une exception à la loi" de la vie exceptionnelle supprimerai alors l'exception de la vie."

    Sinistre crétin. Certaines sondes furent équipées de messages à destination des extra-terrestres, pas d'équipements pour les rechercher, ce qui eût été une absurdité scientifique.
    Sinistre crétin. Si ces sondes viennent de quitter le système solaire, comment pourraient-elles conclure pour l'univers entier, vu qu'elles auraient effectué 1/10000000000000000000000ème du travail nécessaire à l'administration de cette preuve, si l'on se restreint à la visite de chaque étoile et en supposant qu'elles aient l'équipement nécessaire - ce qui est faux comme précédemment dit - et que l'on considère qu'elles aient rempli leur mission avec succès pour notre système solaire, ce qui est parfaitement trivial et ne nécessite nullement l'envoi de sondes ? Si vous trouvez ce passage compliqué c'est que j'ai essayé de reformuler pour la contredire l'idée qui doit se cacher dans la tête de M. Martinez ; celle-ci avait la simplicité de l'ignorance.

    Baragouiner n'importe quelle ânerie sur un sujet scientifique que l'on ne connaît pas pour donner considération dans les lignes qui suivent à la loi d'un personnage mythique voilà ce qui s'appelle l'obscurantisme.

    Qu'elle est évoluée la clique anti-euthanasique ! Légendes multi-millénaires et cécité cosmologique. Elle disparaîtra avec ses idées infantiles, incapable de penser l'Humanité dans sa nouvelle perspective.

    RépondreSupprimer
  31. Pourquoi certains intervenants ne peuvent-ils pas s'empêcher d'insulter les autres ? D'accord, c'est un sujet brûlant, mais le respect, sinon pour une opinion, du moins pour l'être humain qui l'exprime, ne devrait pas manquer ici.
    Pour ma part, je suis plutôt contre l'euthanasie... Les médecins n'ont pas à provoquer ou même proposer la mort... Quant à la souffrance des patients, il y a moyen de la faire cesser sans demander à quelqu'un de vous tuer : Mme Sébire l'a bien compris, puisque d'après les dernières nouvelles, elle se serait suicidée en prenant une grande dose de somnifère.
    Ce que je trouve terrible dans l'idée de l'euthanasie, ce n'est pas le "ma vie et mon corps m'appartiennent", mais le "je demande à quelqu'un de me tuer ou de me donner l'opportunité de le faire".
    Cependant, pour un cas comme celui de Vincent Humbert, ce serait évidemment plus compliqué, et je n'ai pas de réponse à rapporter.

    Bien à vous tous, et débattez calmement

    RépondreSupprimer
  32. Jusqu'ici j'aimais bien Zemmour. Quand il a devant lui des invités niais, bien-pensants ou grotesques, il sait les rabaisser sans pitié en assénant quelques vérités.
    Cependant dans cette séquence avec de Closets en face de lui, on voit bien ses limites. Alors que de Closets a une pensée concréte, limpide, scientifique, Zemmour sort de grands concepts abstraits voire dogmatiques et des associations douteuses. "l'hypocrisie, c'est la civilisation", mais oui bien sur... Personne n'a compris parce qu'il n'y a pas grand chose à comprendre, mais les fans ébahis continuent d'applaudir.

    Quant à Staier qui écrit plus haut:
    "La moins mauvaise solution reste quand même mauvaise dans l'absolu."
    ca ressemble à du beni-oui-oui élevé chez les curés.
    La morale "absolue", c'est dans les sectes qu'elle s'enseigne.
    Il me semble plus raisonnable de dire qu'une chose est mauvaise seulement si d'autres choses sont considérées comme meilleures.

    RépondreSupprimer
  33. Quant à Staier qui écrit plus haut:
    "La moins mauvaise solution reste quand même mauvaise dans l'absolu."
    ca ressemble à du beni-oui-oui élevé chez les curés.
    La morale "absolue", c'est dans les sectes qu'elle s'enseigne.
    Il me semble plus raisonnable de dire qu'une chose est mauvaise seulement si d'autres choses sont considérées comme meilleures.
    ********************************

    Je ne vois pas ce que les curés viennent faire ici.Je n'ai nullement parlé de morale absolue,
    Il y a des degrés d'appréciations qui vont de nul à parfait en passant par mauvais, médiocre, passable, assez bon, bon, très bon, excellent et parfait, la frontière me paraît être "passable".

    De là à prétendre que moins mauvais est pareil que meilleur est une idée qui ne me convient pas.

    RépondreSupprimer
  34. Réponse à 27 mars 2008 15:49

    Les médecins n'ont pas forcément à être impliqués dans l'euthanasie. Ni quiconque d'ailleurs. C'est le réflexe intellectuel de celui qui refuse la mort et l'absurde et donc n'envisage le suicide que sous un angle très restrictif, d'où l'utilisation du vocable "euthanasie", qui étymologiquement en dit bien moins.

    Votre naïveté concernant la mort de Mme Sébire est grande. Il est très probable qu'elle ait demandé les barbituriques à son généraliste, soit l'autorité qui les monopolise iniquement. En tous cas il a bien fallu qu'elle les demande à quelqu'un ! Vous rendez-vous compte de la bêtise de vos propos ?! J'en doute.

    Voici le respect que j'ai pour ceux qui veulent me faire vivre sous leur tyrannie, énoncé sous la forme d'un slogan : "A mort tous ceux qui me refusent la mort !".
    J'invite tous ceux excédés par la guimauve de ces récurrents faits divers à le reprendre à leur compte et ainsi à jeter à la face de la plèbe simiesque qui les opresse leur détermination suicidaire et nihiliste, soit notre vérité et notre condamnation.

    A mort tous ceux qui me refusent la mort !
    NCO

    RépondreSupprimer
  35. Réaction au dernier commentaire :
    Pour ce qui est de ma "naïveté", ou même de la "bêtise" de mes propos, j'aimerais préciser que l'article yahoo par lequel j'ai appris la mort de Chantal Sébire parlait de somnifères sans plus de précision, et qu'il existe des somnifères qu'on peut acheter sans ordonnance. Voyez-vous, je ne pouvais pas prédire que quelques heures plus tard on parlerait de barbituriques qu'on ne peut pas se procurer sans ordonnance.
    L'euthanasie n'est pas un simple suicide : il implique effectivement une tierse personne. Qui prescrit telle ou telle substance léthale ? Le patient, même s'il s'injecte lui-même une dose mortelle de médicaments, a besoin qu'on les lui procure, comme vous l'avez souligné. Donc, il y a bien implication d'un médecin.

    "Voici le respect que j'ai pour ceux qui veulent me faire vivre sous leur tyrannie, énoncé sous la forme d'un slogan : "A mort tous ceux qui me refusent la mort !"."
    Le suicide n'est pas un crime : si vous voulez mourir, vous pouvez vous pendre, vous tirer une balle dans la tête, vous ouvrir les veines, vous noyer, prendre une grande quantité de médicaments (car je rappelle une nouvelle fois qu'il existe des somnifères disponibles immédiatement en pharmacie, et que de nombreux médicaments sont dangereux dès qu'on en prend trop), etc... Bref, des choses que vous pouvez faire seul.
    C'est un autre problème pour des cas comme celui de Vincent Humbert.

    RépondreSupprimer
  36. Bonjour, nous somme sur le blog de ceux qui aiment Zemmour, or pourquoi l’aiment on?
    Moi je l’aime bien parce qu’il prend le contre pied de la pensé unique dont toute personne qui essaie de réfléchir devrait se méfier.
    Ces idées sont proche de la droite nationale et des valeurs type JM Lepen ou N Dupont- Aignan, ce qui n’est pas pour me déplaire.
    Je dis droite nationale pour situer par rapport au schéma politique classique et obsolète mais des gens de gauche peuvent se reconnaître dans ces valeurs, ce n’est pas interdit.


    Pour ce qui est du sujet de l’euthanasie, je suis parfaitement contre une loi qui banaliserait cette pratique car il vas y avoir des abus et je préfère rester dans le libre choix des personnes suivant les cas, donc dans l’hypocrisie dont parlait E Zemmour.
    De plus qui nous garantie l’égalité de traitement à pathologie égale entre un riche et un pauvre? C’est le point que soulève à sa façon JC Martinez, et il a bien raison.
    Je ne saurais trop conseiller au personne réfléchissant à ce sujet de voir (ou revoir) le film "soleil vert" avec Charlton Heston qui est un film de science fiction certes mais qui ouvre la réflexion sur un sujet peut être pas si éloigné de l’euthanasie et qui est celui de la sur population.

    à bientôt sur le bloc de ceux qui "aiment eric zemmour pour ces idées proche de la droite nationale et des valeurs auquel des gens de gauche peuvent aussi adhérer."

    RépondreSupprimer
  37. Le débat fait débat...
    Il est nécessaire de poser la question de la légitimité des arguments des uns et des autres.
    J'aime bien Zemmour, et je trouve ses réflexions stimulantes (à défaut de les partager systématiquement). Mais ici le dérapage intervient sur la question de "quelle légitimité"? et Effectivement nous basculons dans les débats de religion... Zemmour nous dit que la vie ne peut nous être enlevé que par le Créateur. Soit, c'est sa croyance. Mais l'abus se fait quand il demande à chacun de partager cette croyance. Je ne suis pas croyant, et je n'attends pas le Créateur pour perdre la vie... La question de l'euthanasie est délicate et mérite débat, mais une "loi" permettrait à ceux qui le souhaitent (pas universel, libre choix) de trouver une alternative à des souffrances terribles.
    Il ne s'agit pas ici de faire l'impasse sur les souffrances (nécessaires dans la vie et qui font partie de notre humanité) mais de savoir si je suis obligé de supporter des souffrances alors que je me sais condamné... Zemmour et ses arguments veulent imposer un choix issu d'une croyance: "il faut supporter toutes les souffrances". Une loi permettrait de laisser ceux qui pensent que la vie est un devoir aller au bout de leur souffrance, mais elle permettrait à ceux qui le souhaite (et de manière encadrée) de pouvoir mettre fin à leur jour.
    Le problème de la théologie et des théologiens est qu'ils veulent toujours faire passer pour universels des principes et des croyances qui ne le sont pas...

    Jean-Edern 69

    RépondreSupprimer
  38. Personnelement, Jean Edern,

    Je pense que le décalogue, est bien plus, un ciment de notre civilization qu'un simple texte de 'théologiens'.
    A part les premiers commandement, du genre 'je suis le seigneur' 'tu n'auras pas d'autre seigneur' 'tu ne prononceras pas mon nom' etc... la plupart sont devenu les droits fondamentaux dont nous jouissons encore aujourd'huie.

    Jusque là, (jusque la thorah puis la bible je veux dire) tuer n'était pas un crime. Même sous les romains ou les grecques, cela n'était pas punis. Puis, pendant 2000 ans, qu'on soit croyant ou pas, ce sont des lois qui ont tenu notre civilization. (pas toujours respectés, on est d'accord...)Aujourd'hui, et même si le cas de l'euthanasie est très particulier, j'en conviens, le légitimer sous le coup de l'émotion... car c'est avant tout ça dont il s'agit, c'est un peu, il a raison 'ouvrir la boite de pandore'...

    RépondreSupprimer
  39. Réponse à 27 mars 2008 21:08

    Vous pensez qu'il existe des somnifères efficaces pour se suicider disponibles sans ordonnance : c'est naïf.
    Je répète qu'il n'y a implication d'un médecin ou d'une tierce personne dans le suicide que si l'on veut bien ne pas faire autrement. Et je répète que c'est le réflexe commode de ceux qui veulent proroger la confiscation des moyens du suicide. Par exemple les produits léthaux pourraient être librement disponibles (grande surface par exemple) ou leur délivrance pourrait être confiée à un organisme volontaire qui effectuerait quelques vérifications.
    Je rappelle que les médecins français, ramassis de conservateurs et de chrétiens faussement humanistes dont les nouvelles "valeurs" ont été sanctifiées à la chute de toutes les illusions qui rendaient la vie possible (Dieu, famille, patrie, travail) et conséquemment gardiens du nouveau temple - le corps en bonne santé, résidu symbolique de la volonté de vivre, tellement malmenée qu'elle en est réduite à se justifier par elle-même, dans une ultime et vaine tautologie - ont bien du mal à accepter les avortements. Ne donnons pas à ces réactionnaires une charge qu'ils ne peuvent pas supporter, nous n'avons pas besoin d'eux.

    Le suicide a un aspect criminel et subversif. La société le confie maintenant à la répression psychiatrique plutôt que pénale. Le mot "suicide" est inscrit dans le code pénal dans un article qui permet de censurer la diffusion des méthodes efficaces. Voir à ce sujet : Suicide, mode d'emploi [http://claudeguillon.internetdown.org/article.php3?id_article=44].

    Suit une liste de stéréotypes qui illustre votre méconnaissance des moyens du suicide et de leurs difficultés. Vous n'avez manifestement jamais songé à vous suicider mais vous vous sentez autorisé à discourir sur le sujet. Peut-être auriez-vous pu conseiller Mme Sébire ? Pour M. Humbert, vous avez l'honnêteté d'avouer votre incompétence.


    Quant à la question récurrente des abus, elle est intéressante car purement fantasmatique d'une part (voir les pays qui ont des lois avancées sur le sujet) mais surtout révélatrice de la mentalité conservatrice d'autre part. Ces opresseurs projettent à l'extérieur ce qui serait librement consenti de l'intérieur pour mieux ne pas le voir. Soit une société pervertie et inhumaine qui élimine ses pièces usées plutôt que des êtres humains qui acceptent volontairement la mort parce qu'ils sont devenus inutiles. Cela ne vous rappelle-t-il pas le paysan qui va se pendre dans sa grange dès lors qu'il ne peut plus travailler ? Et les vieux portés à la montagne par leurs enfants dans le Japon des siècles passés ? Et l'aïeul iroquois le crâne respectueusement fracassé à la hache ? Mémoire complice que celle qui porte au futur, forcément totalitaire et malsain, ce qui existait dans le passé, scotomisé, afin de mieux se complaire dans le paradigme mesquin et tellement rassurant du présent. Le fantasme de la chemise brune, la réalité de la blouse blanche.

    A mort tous ceux qui me refusent la mort !
    NCO

    RépondreSupprimer
  40. Eric Zemmour s'est mal défendu, mais je prends en compte le caractère nuptial de cette émission ...
    Pour ma part, je suis évidemment bouleversé par ces personnes qui souffrent et ne souhaitent plus qu'une chose : mourir.
    Mais cela ne m'empêche pas de penser que, sur un plan juridique, la loi doit continuer à ignorer - du moins en partie - leur malheur. Le moindre mal est de sacrifier ces cas rares pour maintenir dans la civilisation le caractère sacré de la vie (pas besoin d'être croyant pour le penser).

    RépondreSupprimer
  41. Avalanche de conneries :

    "je prends en compte le caractère nuptial de cette émission"
    "Le moindre mal est de sacrifier ces cas rares pour maintenir dans la civilisation le caractère sacré de la vie (pas besoin d'être croyant pour le penser)" -> A mort tous ceux qui me refusent la mort !


    A mort tous ceux qui me refusent la mort !
    NCO

    RépondreSupprimer
  42. "A mort tous ceux qui me refusent la mort !"

    Pourquoi ON te refuserait TA mort? Elle est à toi et à personne d'autre. Si tu veux la provoquer, tu as toute la latitude pour le faire. Ne colle pas sur le dos de la société, une responsabilité qu'elle n'a pas. Ta mort ne nous regarde pas, laisse nous tranquilles. Si par contre tu fais de ton décès un débat de société, il ne faut pas te plaindre que d'autres se mettent à décider à ta place. A partir du moment qu'il existera une loi pour le cadrer, là par contre tu en seras dépossédé. A ce moment là, ton suicide devra être déclaré légal pour avoir lieu (vachement libertaire).

    D'autre part, à la base de chaque suicide, on trouve une détresse morale profonde. Et il n'y a jamais personne pour s'offusquer que des personnes perdent la volonté de vivre (ou ne puissent être soignées correctement), ce qui devrait être 1000 fois plus scandaleux que l'interdiction de planifier son suicide. Le dégout de la vie est devenu une chose tout à fait acceptable pour nos élites conformistes.

    La démission comme projet politique. Muray aurait adoré!

    RépondreSupprimer
  43. Réponse à Caralho voador :

    Je suis toujours choqué par l'expression de "vide juridique" qui vise parfois à retourner malhonnêtement le problème. Raffarin avait fait une déclaration sur l'euthanasie affirmant qu'il n'était pas possible de légiférer sur un tel sujet. Il a été répondu que l'absence de loi créé une situation de fait et rend indisponible l'euthanasie. On devrait parler de "vide juridique" uniquement lorsqu'une question n'a pas été portée à l'attention du législateur, sinon l'absence de loi enregistre forcément une réalité qui a ses gagnants et ses perdants.

    Concernant le suicide j'ai déjà écrit qu'une loi existe pour interdire l'information sur les moyens du suicide. Des webmasters français ont été condamnés ces dernières années pour avoir seulement écrit un article dans lequel ils présentaient "Final Exit" de Derek Humphry, manuel d'euthanasie en langue anglaise parfaitement légal dans de nombreux pays évolués (et sans doute dans bien d'autres qui ne se soucient même pas de son existence). Hmmmmm... y aura-t-il un procureur zélé pour venir m'ennuyer ? J'espère qu'ils ont de plus sérieuses occupations.

    La législation sur les armes à feu est extrêmement restrictive et se renforce d'années en années.
    De même pour les médicaments, des substances quasi-inoffensives sont parfois distribuées en boîtes de quelques comprimés seulement afin d'éviter les dérisoires tentatives de ceux qui sont maintenus dans l'ignorance. Ne parlons pas alors des médicaments efficaces, tellement rares et contrôlés qu'ils sont plus difficiles à trouver que l'héroïne.
    Plus généralement tout ce qui peut être employé comme moyen efficace de suicide est confisqué. Il exite également des politiques de prévention dont l'axiome est la médicalisation du problème, ça ne se discute même plus.

    Ce qui nous mène à la répression psychiatrique du suicide dont j'ai déjà parlé. L'hospitalisation sans consentement par HDT suite à une tentative de suicide ou en cas de risque est systématisée par certains médecins, peu soucieux de savoir si ce qu'ils entreprennent est conforme ou non à un texte qui est devenu pour eux un joujou législatif, constatant que pour leurs basses besognes (répression des troubles à l'ordre public par exemple) ils bénéficient d'une immunité totale, et ceci en parfaite complicité avec un Etat bien content de cette solution si pratique, si invisible et si peu chère. Voir à ce sujet l'explosion inexpliquée des hospitalisations sans consentement, ça vous changera des schizophrènes Jivaro du journal télévisé.

    Je rajouterai à ces points que "le droit à la vie", si cher à certains, est une condition de mon existence. C'est à dire que le crime de procréation n'est pas puni et ses conséquences ne sont pas corrigées. Ce dont je suis victime. Une fois de plus il y a positivement ou négativement dans la société une législation ou un état de fait par défaut qui s'oppose au droit à la mort et au néant dont régulièrement il est discuté d'un éventuel progrès.


    Soutiendriez-vous encore que j'ai "toute latitude" pour me suicider ? Qu'une loi risquerait de me "déposséder" de ma mort ? Mais peut-être devrais-je vous laissez tranquille avec quelque chose qui ne vous regarde pas ? Eh eh, comme c'est révélateur...



    Quant à votre deuxième paragraphe il est tout de même bien mignon. Me permettrais-je de vous faire remarquer que si personne ne s'offusque de la perte de la volonté de vivre c'est qu'une majorité lucide ressent tout de même que c'est parfaitement compréhensible dans certains cas et que ça ne peut pas se régler avec une blouse blanche et trois boîtes d'anti-dépresseurs-anti-porte-monnaie-100%-nocebo-et-gros-bidon-la-bonne-pilule-dans-le-bec-tu-l'as-voulue-tu-l'as-eue ?
    Pour ce qui est du sentiment de nos élites, je ne peux pas vous suivre. Il pourrait y avoir une tentation d'abandonner le terrain de la vie à tout prix (voir Attali et ses vaticinations) mais ils restent encore acharnés à le défendre et les réactions de ces gestionnaires de numéros de Sécurité Sociale le prouvent régulièrement.



    A mort tous ceux qui me refusent la mort !
    NCO

    RépondreSupprimer
  44. 29 mars 2008,
    je regarde tv 5 :Zemmour contre de Closets a propos de l euthanasie:
    il y en a marre de voir la tete de fouine de Zemmour qui passe son temps a critiquer, a demolir, a vouloir avoir raison sur tout ! j aime pas nolleau mais lui sait s arreter.
    Zemmour, tes propos de faux curé, de droitier mesquin, de suppot du Vatican au titre de la religion me fatiguent!
    chacun est libre de son corps, de sa vie et c est pas des ecclesiastiques pédés pour certains, abuseurs de petites filles et de petits garcons qui vont decider a ma place .je suis né catho, je suis croyant , plus pratiquant, je ne me confesse pas aupres de vicelards, de vieux degueulasses.
    la religion catholique est la plus mensongere , la plus pourrie de toutes les religions !
    alors arrete de soutenir des propos de curé , le vieux barde qui sert de Pape est un retour en arriere, c est une honte de voir une religion qui a laisse des gens livres a la mort ds les camps , fournit aujourd hui un contingent de condamnes par la science a mourir dans la souffrance physique et morale.
    ton tour viendra , patience...n oublie pas de revenir chez Ruquier , nous raconter...ca nous fera rigoler , un peu !

    RépondreSupprimer
  45. Vive le retour des curés et des coups de pied au cul!

    Quand je vois les deux derniers messages il s' en perd.

    PS: vive Zemmour, continu à les agacer! On aime ça.

    RépondreSupprimer
  46. @ NCO

    Je pourrais contre-argumenter point par point, mais discuter sur le bien fondé de vouloir sauvegarder la vie avec une personne pensant que la conception est un crime serait désespéré. Je ne perdrai donc pas mon temps. Je vous souhaite malgré tout de trouver le goût de vivre (ça se soigne ni par le suicide, ni avec des médocs, ni en HP)

    Vous ne vous en rendez pas compte, mais vous êtes déjà mort.

    @ papyrus:

    Traiter un juif de suppôt du Vatican, celle là fallait la faire! Merci, j'ai bien ri!

    Placer une critique de l'Eglise et du nazisme en une seule fois. Quelles prises de positions iconoclastes, j'ai jamais vu une telle indépendance d'esprit! Tu es ce qu'on appelle un héros, un vrai!

    RépondreSupprimer
  47. Quelle est la position de Eric Zemmour sur les caricatures religieuses (L'affaire de Charly Hebdo ou de la presse néerlandaise) ?

    etant donné qu'il met en avant en permanence la dureté des luttes politiques, religieuses, l'absence de moralité des Etats (Qui n'ont en effet que des interêts), il ne faut pas s'etonner des réactions.

    Zemmour a sa vison des choses, il ne detient pas la vérité absolue, donc des gens s'opposent a lui.
    (Pas toujours avec des arguments solides, c'est le moins qu'on puisse dire !)

    Il est facile d'invoquer le pragmatisme seulement quand ca vous arrange et de sortir la morale, quand ca vous arrange egalement.

    Tout le monde le fait ?
    Selon sa vision du monde, en effet.

    Zemmour dans sa vision pragmatique a des analyses très pertinentes, encore faut-il savoir au service de quoi il les mets...

    RépondreSupprimer
  48. Réponse à Caralho voador :

    "Je pourrais contre-argumenter point par point, mais discuter sur le bien fondé de vouloir sauvegarder la vie avec une personne pensant que la conception est un crime serait désespéré."

    Contradiction : la deuxième partie de la phrase n'a rien à voir avec la première. J'ai soulevé de très nombreux problèmes qu'une vue opposée sur la conception n'empêche pas de discuter.


    A mort tous ceux qui me refusent la mort !
    NCO

    RépondreSupprimer
  49. Mais tu vas arrêter, NCO, de souhaiter la mort de ceux qui te la refuseraient ! Parce que d'abord personne ne te la refuse.
    Ce que je vais dire ne me fais pas plaisir mais ce sont des gens comme toi qui nous y oblige : si tu veux mourir, c'est ton droit le plus absolu ... et bien suicide-toi ! Si tu y tiens vraiment pourquoi exiger que quelqu'un d'autre le fasse à ta place ? Ca ne me paraît vraiment pas être la position d'une personne sûre de son choix. Pourquoi exiger de la société que ses lois, censées organisées la vie des hommes, t'apportent une mort que tu peux te donner toi-même ?
    Mais de toute façon, c'est toujours pareil. On érige une minorité de pauvres gens en épouvantails pour faire admettre un principe qui après son application donnera lieu à un véritable massacre organisé.
    Le culte de la mort sur l'autel de la liberté.
    L'avortement a été adopté sous les sentiments de femmes violées, ne l'oublions pas et admirons ce qui en est fait ...

    RépondreSupprimer
  50. Papyrus,
    tu craques, tu melanges tout.;tu en veux à tout le monde mais de quel droit donnes tu des lecons de conviction à ceux qui en ont..n'es tu pas le premier à en avoir et serais tu prét à les défendre contre une majorité qui cracherait son venin sur toi ? aurais tu l'applomb de dire blanc quand la foule dit noir et dire vie quand la foule dit mort?
    quels sont tes arguments? y ena marre du pape??? tu as fumé Eric a invoqué le pape? les curés, tu dérailles..
    n'as tu comme seuls arguments que ces ranceurs imbéciles qui mettent tous le monde dans un seul panier celui de la bétise..
    tu t'avilis à écrire comme ca..
    dit nous .;je suis pas d'accord..et voila pourquoi...si tu as de vrais arguments tu seras lu..
    le lisier n'a jamais fait un bon terreau pour faire pousser les idées.

    RépondreSupprimer
  51. L'avortement n'a pas ete adopté sous les sentiments des femmes violées mais plutôt au nom du droit à disposer de son corps.

    ..Et eventuellement aussi parce qu'interdire menait a la clandestinité, en gros, comme pour les drogues, n'empechait rien, penalisait et avait des conséquences desastreuses au niveau sanitaire.
    Mais ca n'est pas le sujet.

    Dans le cas de l'Euthanasie il s'agirait de trouver un équilibre entre "Soleil vert"(Ou l'eugenisme est industriel) et "ma religion te dit que tu dois soufrir jusqu'au bout, que tu y adhères ou pas."
    (Tant qu'on y est on peut aussi abollir l'anesthesie).

    C'est de la caricature, mais le sujet est délicat, il est bien regretable que Zemmour ait sorti de la psychorigidité religieuse là dessus (A se demander s'il croit à ce qu'il dit, où si c'est de la pure provoc'), d'autant qu'il s'agit d'une thème encore très marginal

    (Ce qui n'attenue pas la douleur des cas)

    RépondreSupprimer
  52. Réponse à 30 mars 2008 11:29 :

    "Mais tu vas arrêter, NCO, de souhaiter la mort de ceux qui te la refuseraient !"
    Non, je vais continuer : A mort tous ceux qui me refusent la mort !

    Pour le reste vous ne comprenez absolument rien.
    Je viens vous dire que le suicide est extrêmement contrôlé par des lois liberticides qui n'existent pas dans d'autres pays évolués, puni psychiatriquement, et nié par la société qui nie aussi la mort.
    Vous me rétorquez à cela une compilation d'idées reçues - et une déformation de mon propos au passage - ignorantes de la difficulté technique du suicide, difficulté bien connue de toute personne ayant songé un tant soit peu sérieusement à mettre fin à ses jours.

    Citation de Henri :

    <<"ma religion te dit que tu dois soufrir jusqu'au bout, que tu y adhères ou pas."
    (Tant qu'on y est on peut aussi abollir l'anesthesie).>>

    Il me semble qu'il est écrit dans la Bible que Dieu condamne la femme à accoucher dans la douleur en punition du péché originel. Je ne comprendrais jamais la contradiction de certains chrétiens encore attachés à ce texte qui ne voient aucun mal à l'anesthésie péridurale. Mystère et boule de gomme.



    A mort tous ceux qui me refusent la mort !
    NCO

    RépondreSupprimer
  53. j'ai pas compris comment ne pas être anonyme..bon je vais y arriver..quoique...
    j'ai du mal à suivre NCO qui réagit de facon telle qu'on ne comprends pas à qui il réponds et surtout il ne fais sans argumenter?
    enfin..si...que dit il?
    Ha vous avec vos croyances juedéo chrétiennes vous me gonflez, et vous m'interdisez une chose que je considére comme importante...

    pas du tout...
    la vraie question elle est posée aux croyants comme aux incroyants(catégorie qui croient mais à autre chose genre démocratie et droit de l'homme..!!!(sic))...la vrais question est celle de la liberté individuelle..qui est l'essence même de notre humanité et que la religion chrétienne, celle que je connais, met en exergue de toute foi..;
    et chacun en use selon son bon vouloir...et pour faire simple...ma liberté individuelle est en opposition directe avec une quelconque loi sur la fin de vie...
    et cette considération n'est pas négociable...
    aprés on peut avoir des convictions, des compassions, et des croyances qui le plus souvent viennent consolider la loi naturelle qui est de ne pas donner la mort..
    bien sur la transgression est à la mode mais moi je la refuse comme la pédophilie, ou l'excision...

    le respect de la vie ne se partage pas ai gré des circonstances...
    et reiner maria Rilke disait..donne à chacun la mort issue de sa propre vie...
    notre mort nous appartient comme un bien précieux, c'est notre humanité....nul ne peut prétendre la retirer à quiconque..

    RépondreSupprimer
  54. Je suis consterné par l'existence de ce blog de ceux qui l'aime !
    Affligeant de voir que ce pitre faire preuve d'autant de cynisme partout où il passe.
    Il donne des leçons mais ne livre jamais de solutions, sa solution. Là se trouvent ses limites.
    Si vous l'aimez parce que c'est un pitre, parce qu'il vous amuse, je comprends. Je ne devrai jamais le prendre au premier degré alors.
    Heureusement qu'il existe des idéalistes pour faire en sorte que le monde bouge. Lui, nous dira que c'est impossible vu ceci, celà... et qu'il vaut mieux laisser faire, laisser les autres s'occuper de leur misère. Zemmour, lui, habite dans un pays riche et en paix, dommage que le hasard de naissance ne lui avait pas réservé un autre sort, un autre pays !
    Il aurait eu une autre vision que l'égoïsme basique d'un être sans profondeur.

    RépondreSupprimer
  55. (Pour choisir une identité, cliquez sur "Nom/URL", le dernier bouton de la fenetre de reponse .)


    Anonyme, d'accord avec vous sur les convictions, la chose plus difficile est de se voir opposer le "Sacré religieux" comme argument non etayable, non dicutable, non justifiable .

    Pas de discussion possible puisque c'est un fait religieux.

    (Et où s'arrete le fait religieux ? On peux penser à Galilée et consorts...D'autre part le fait religieux evolue, il suffit de regarder l'histoire des religions...)


    C'est là ou Zemmour est decevant dans son intervention.

    Là ou il tranche c'est par son pragmatisme (Parfois cruel), sa mise en relief de moralisme (De "gauche" en général) aveugle et coupé des réalités, qui peut amener à des perversions.

    Qu'il nous epargne un moralisme de "droite" qui n'en est pas moins dénué, et continue des analyses pragmatiques et etayées qui poussent à la reflexion...

    RépondreSupprimer
  56. Sur l'euthanasie =>
    Zemmour est contre une loi qui banaliserait l'euthanasie. Ce serai en effet une véritable boite de Pandore comme il le dit lui même. Une comparaison avec l'avortement peut être tenté: En 1975, la loi prévoit l'avortementy pour les cas d'urgences.220 000 cas d'urgences, en gros 220 000 viols par an en France! C'est un peu excessif non? Aujourd'hui c'est une "liberté" alors que cela devrait être un pis-aller dans les cas de détresse extrême!

    Sur ses positions religieuses
    => On assimile religieux et obscurantisme.Alors que si on a aucune preuve de l'existence de Dieu, on en a pas plus sur sa non-existence!
    DE plus, on nit la possibilité d'être religieux et scientifique! Sous quel prétexte? La science n'estce pas la recherche de phénomène physique. La religion se concentre sur les problème méta physique, la question du but de l'homme. Et on ne pourras jamais trouver une équation qui résolve la question du but profond de l'homme. Enfin l'obscurantisme n'es ce pas autant la superstition et les signes astrologique que la croyance en un Dieu transcendant? Alors les remarques du style: "Zemmour n'est qu'obscurantisme parce qu'il a des principes religieux" (d'accord je caricature!) est un non sens total

    RépondreSupprimer
  57. Le fait religieux peut être obscurantiste, mais ca n'empêche pas certains scientifiques d'être croyants.

    (Cf Einstein "Dieu ne joue pas aux dés").

    Maintenant, il s'agit de rapport au sacré et du poids religieux dans la vie publique et sur l'ethique.

    Il est difficile de discuter avec ceux qui croient détenir la vérité et considèrent que cela remplace les arguments.

    Zemmour met ce fait assez souvent en avant contre les defenseurs de "valeurs de gauche" humanistes...

    Encore une fois l'avortement n'est pas un droit limité seulement au cas de viols .

    Il est question de contrôler des naissances non désirées, et de liberté individuelle.

    (Concepts que certains discutent, en effet... )

    RépondreSupprimer
  58. Réponse à 30 mars 2008 19:58 :

    Ca devient enfin drôle !

    "j'ai pas compris comment ne pas être anonyme..bon je vais y arriver.."
    J'ai bien peur que vous ayez d'autres problèmes à résoudre que celui-ci pour participer à une discussion, et je crains pour vous qu'une fois résolu il ne fasse que vous désservir en permettant de mieux pister votre bêtise.

    "j'ai du mal à suivre NCO qui réagit de facon telle qu'on ne comprends pas à qui il réponds"
    C'est pourtant fort simple, je réponds à des anonymes qui ne savent pas comment ne pas l'être en indiquant la date de leur message.

    "et surtout il ne fais sans argumenter?"
    Oooohhhhhhh ! - admirez au passage le point d'interrogation qui ajoute encore un petit peu au charabia.

    enfin..si...que dit il?"
    Aaaahhhhh ! Alors il argument ou il argumente pas ?

    "Ha vous avec vos croyances juedéo chrétiennes vous me gonflez, et vous m'interdisez une chose que je considére comme importante..."
    Qu'il est con alors celui-là ! Pourquoi lui répondre ?

    "incroyants(catégorie qui croient mais à autre chose genre démocratie et droit de l'homme..!!!(sic))"
    Ce sic est hors de propos, ce n'est pas une propriété établie sérieusement. Pourquoi mettre la démocratie, les droits de l'homme et la religion sur le même plan ? Les deux premiers peuvent être vus comme des objectifs politiques, le troisième implique une croyance de départ - quelque chose qui n'admet pas de preuve. Par ailleurs pourquoi un incroyant devrait-il défendre politiquement ces idées ?

    "et chacun en use selon son bon vouloir...et pour faire simple...ma liberté individuelle est en opposition directe avec une quelconque loi sur la fin de vie...
    et cette considération n'est pas négociable..."
    Ma liberté individuelle, dont j'use selon mon bon vouloir, réclame le suicide pour tous, ce n'est pas négociable.

    "la loi naturelle qui est de ne pas donner la mort"
    L'offrir emballée avec un beau ruban bleu peut-être ? Je viens de déguster un succulent poulet rôti.

    "bien sur la transgression est à la mode mais moi je la refuse comme la pédophilie, ou l'excision..."
    A discuter avec des Africains. Ah, ces drôles de modes punk !

    "notre mort nous appartient comme un bien précieux, c'est notre humanité....nul ne peut prétendre la retirer à quiconque.."
    C'est à dire ? Obliger quelqu'un à vivre ?


    Réponse à 31 mars 2008 00:24 :

    "=> On assimile religieux et obscurantisme.Alors que si on a aucune preuve de l'existence de Dieu, on en a pas plus sur sa non-existence!"
    Il existe un chat au coeur du Soleil qui demande à ce qu'on lui envoie du Whiskas. Qu'attendons-nous pour faire décoller une fusée ?!

    C'est un fait que de nombreux scientifiques sont croyants, il y a des athées aussi. Idem pour les non-scientifiques. Personne ne nie quoi que ce soit. Vous avez une vision stéréotypée et déformée des milieux scientifiques. "Un peu de science éloigne de Dieu, beaucoup en rapproche", Pasteur je crois.
    La philosophie peut étudier les questions métaphysiques, la religion y répond.
    Avec votre équation vous pourriez bien chercher quelque chose qui n'existe pas. Vous vous seriez alors posé une mauvaise question.
    Superstition, astrologie, Dieu, un point commun : aucune preuve.


    A mort tous ceux qui me refusent la mort !
    NCO

    RépondreSupprimer
  59. NCO ajoute la raillerie au vide sidéral de ses slogans idéologiques.
    Je ne vois pas bien comment discuter avec quelqu'un qui fait du remplissable et qui croit encore que la quantité peut masquer la médiocrité de son propos..
    amuse toi bien...mais attention....ca peut rendre sourd

    RépondreSupprimer
  60. Un slogan est forcément creux et limité. Celui que j'utilise ne représente qu'une très faible partie de mes messages.

    Pour discuter encore faut-il avoir quelque chose d'intéressant à dire. Lorsque je vois les énormités qui ont été récemment postées je n'ai pas besoin de me fatiguer plus que de les descendre en une ou deux lignes, tant le propos est superficiel. Le n'importe quoi ne mérite pas mieux que mes railleries, qui permettent, en s'amusant, de remettre sur de bons rails - si je puis me permettre cette association d'idées - certains égarés et de leur indiquer ainsi leurs déraillements. Exemple, car l'on va me dire que je n'argumente pas : excision = transgression. Que répondre à de telles sottises ? Si vous relisez ce qui a été écrit vous comprendrez peut-être que mes récentes cibles sont toutes du même acabit.

    Par ailleurs, mais peut-être ne vous donnez-vous pas beaucoup la peine de lire mes plus anciens messages, j'ai apporté beaucoup d'éléments connexes à la question de l'euthanasie. Personne n'y a repris quoi que ce soit ! Au contraire l'on m'oppose des naïvetés, des idées reçues, des âneries et des erreurs qui ne peuvent mériter que des critiques sommaires.

    Disons que le niveau est tout de même très faible, et l'ignorance à l'opposé. Chez mes détracteurs - mais peut-être ne sont-ils pas si nombreux, incompétent anonyme que tu es, va ! - personne ne connaît un point de droit, personne n'a jamais songé à se suicider, personne n'a aucune critique évidente de la religion mais par contre tout le monde a un avis ! Il ne peut être jugé qu'à l'aune de ce qui le fonde, à peu près rien. Je vais essayer de ne pas généraliser mais je commence à désespérer trouver sur ce blog une critique sérieuse de l'euthanasie et du suicide. On n'est pas sorti pour l'instant de l'égocentrisme religieux ou, pour les plus modernes, biophile.


    A mort tous ceux qui me refusent la mort !
    NCO

    RépondreSupprimer
  61. Putain, mais pour qui tu te prend toi pauvre nain? Ca va, ta tête passe encore entre les portes?

    Tu écrit petit con: "...Lorsque je vois les énormités qui ont été récemment postées je n'ai pas besoin de me fatiguer plus que de les descendre en une ou deux lignes..."

    Quelle condescendance!
    Mais tes qui toi?

    Désolé de n’avoir jamais songé à me suicider et de ne pas connaître un seul point de droit et de donner mon avis quand même.
    Et mon avis te pisse à la ré!

    Tu déverse ton fiel sur les pauvres anonymes de ce blog, mais quel courage tu as toi qui écrit derrière un pseudo?
    L’avantage de ton pseudo, c’est que tu es bien repéré.

    à plus grosse fiote..

    Juan Sébastien (33)

    RépondreSupprimer
  62. Ouille ! Voici maintenant nos arrière-grands-oncles les australopithèques qui viennent faire démonstration de la supériorité de la loi naturelle sur notre projet de société. Qu'on se le dise, l'héroïque camp anti-euthanasique est le dernier rempart de la civilisation contre la barbarie...


    A mort tous ceux qui me refusent la mort !
    NCO

    RépondreSupprimer
  63. Je suis souvent intéressé par les arguments d'Eric Zemmour. Mais cette fois, il n'est pas convainquant, ni sur l'euthanasie, ni sur l'avortement.
    Il n'a pas su trouver les éléments qui appuient indiscutablement son opinion.
    Il ne peut être parfait en tout.
    Je continuerai de l'entendre avec intérêt sur d'autres sujets.

    RépondreSupprimer
  64. Permettez- moi de reprendre un raisonnement de l'archevêque de Paris, Monseigneur Vingt-Trois, qui me paraît pertinent. N'en déplaise NCO qui, j'en suis sûr, ne manquera de fragmenter mon texte pour vociférer sur des morceaux plutôt que de répondre à un raisonnement. Et sans parler des faux laïcs qui vont me traiter de fanatique au nom de la liberté religieuse ... enfin bref, la bave du crapaud n'atteint pas les étoiles !

    Mgr Vingt-Trois a dit dans un entretien que la question n'est pas tant de savoir qui a raison et qui a tort (en effet, les discussions sur la mort sont éternelles), mais plutôt de se demander dans quelle société nous souhaitons vivre. Cela me semble très pertinent parce qu'on a l'automatisme de toujours tout ramener à la liberté individuelle, mais on n'insiste pas assez sur l'impact collectif de l'euthanasie. Que la personne mourante puisse mettre fin à ces jours plus aisément, moi je veux bien, mais je m'interrroge sur l'effet que ça aura sur toute la société.
    A commencer par les proches de la personne en question ; j'ai entendu récemment un neurologue dans l'émission "C dans l'air" qui témoignait de troubles psychologiques graves sur les proches (et même le personnel médical) qui assistent à une euthanasie. Pardonnez-moi de me soucier de leur cas.
    Autre exemple : sommes-nous prêt à enseigner dans les facultés de médecine une nouvelle science, moderne, où l'on apprendra aux étudiants la meilleure façon de tuer de leurs patients ?

    Le fond du problème est le choc entre la liberté individuelle et les intérêts de la société. Et nous subissons depuis fort longtemps les prophéties du culte de l'individualisme ; peut-être est-ce le temps de le remettre en question ...

    RépondreSupprimer
  65. Les militaires donnent la mort.
    Certains policiers parfois.

    Ca ne choque pas grand monde...
    (Et ca provoque des traumatismes)
    Et ca n'a pas grand chose a voir avec l'individualisme.

    Maintenant vous axez votre reflexion sur un point pertinent, qui ramène au vrai problème derrière une loi sur l'Euthanasie :l'Eugenisme, tuons les vieux inutiles qui coûtent cher a la societé...

    Là on n'est plus dans le moralisme ou la psychologiemais dans le concret...

    RépondreSupprimer
  66. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  67. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  68. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  69. L'euthanasie médicale assistée, serait le choix, dans un cadre légal, de permettre à chacun, selon son désir, de mettre un terme, (avec l'aide d'un service médical compétent) à une vie (sa vie) qu'il juge par trop pénible en terme de souffrance et ce en raison d'une maladie, d'un traumatisme que la médecine reconnaît pour incurable au regard de ses compétences.

    Qui a-t-il d'inhumain par là ??

    Parlez-moi du suicide qui n'est pas une mince affaire, un sujet anodin et vous m'intéresserez davantage

    RépondreSupprimer
  70. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  71. Réponse à 10 avril 2008 12:15 :

    Me voilà ! Je viens vociférer à tout va !

    "les discussions sur la mort sont éternelles"
    Certainement, et sur Dieu ? Et mon chat dans le Soleil qu'en faites-vous ? On peut toujours se poser des questions sur des sujets inaccessibles à la connaissance, mais il faut bien conduire sa pensée et son comportement. Certains choisissent la raison, d'autres préfèrent des âneries indémontrables qui les dispensent d'affronter la réalité.
    Ainsi je pense que j'existerai toujours et que ma mort n'existera jamais, car en dehors de ma conscience il n'y a rien, et je pense aussi que présentement je n'existe déjà pas, je n'ai jamais existé et je n'existerai jamais car je vais mourir.
    Que pense Mgr Vingt-Trois-rouge-impair-et-manque sur le sujet ? Qu'une super-conscience a décidé qu'il y a un lieu où les consciences vivent une deuxième vie, éternelle. Faites vos jeux, tout va comme c'est toujours allé ! Misez sur moi, pas d'angoisse et pas de questions, c'est du solide, la martingale métaphysique à l'usage des pauvres en esprit - le Royaume des Cieux est à eux selon le récit mythologique chrétien, vous avez l'explication dans les lignes qui précèdent !

    "on a l'automatisme de toujours tout ramener à la liberté individuelle, mais on n'insiste pas assez sur l'impact collectif de l'euthanasie"
    "Le fond du problème est le choc entre la liberté individuelle et les intérêts de la société. Et nous subissons depuis fort longtemps les prophéties du culte de l'individualisme ; peut-être est-ce le temps de le remettre en question ..."
    La législation française actuelle sur la question de l'euthanasie ne modère-t-elle pas un peu votre avis ? La France est assez arriérée au niveau des libertés individuelles, et aucun état de toute façon n'est très avancé. D'ailleurs certains signes peuvent faire penser à un recul.


    "j'ai entendu récemment un neurologue dans l'émission "C dans l'air" qui témoignait de troubles psychologiques graves sur les proches (et même le personnel médical) qui assistent à une euthanasie."
    Analogies :
    - l'homosexualité choque les parents qui la découvre, conséquences psychologiques graves -> il faut interdire l'homosexualité
    - l'avortement a des conséquences psychologiques graves sur les patientes, leur entourage et le personnel médical -> il faut interdire l'avortement. [Notons à ce sujet que les médecins bénéficient d'une clause de conscience qui leur permet de se dispenser et qu'ils ne s'en privent pas d'où surcharge des rares services qui le pratique, fuite en Espagne, récits de patientes qui ont eu l'impression qu'on voulait les punir dans les conditions imposées lors de l'opération.]
    Si vous voulez vivre pour les autres, libre à vous, mais ne me forcez pas à vivre pour vous.
    Voici un médecin, profession plus ou moins scientifique, qui demande la prise en considération de faits qu'il tire de son expérience. Est-ce une étude scientifique ? Non. Son expérience est-elle objective, autrement dit ses déclarations correspondent-elles à une réalité partageable par le plus grand nombre ou est-ce sa sensibilité qui a déformé ce qu'il a observé ? Difficile à dire, mais son témoignage est de peu d'intérêt par rapport à d'autres considérations. Ce que l'on peut dire de cette profession en France, c'est qu'elle est bourgeoise, catholique, paternaliste, réactionnaire, manipulatrice, législatrice, dangereuse, et qu'une société saine devrait la contrôler strictement plutôt que de lui offrir une naïve audience. Si je devais miser sur ce que veut cacher ce neurologue, j'enverrais tous mes jetons sur le 23. La soutane sous la blouse blanche, le cardinal et le mandarin de De Closets, le cardinal caché dans le jeu de la perspective par le mandarin aurait-il du préciser.

    C'est d'ailleurs cette confusion entre discours scientifique et discours moral que vous faites dans votre observation sur l'enseignement dans les facultés de médecine. La médecine devrait être une science, il n'y a pas à s'offusquer d'un discours scientifique quel qu'il soit, il est valable ou non. A certaines époques il était interdit de disséquer les cadavres - tiens, tiens, et par qui ? -, soit exactement ce que l'on enseigne dans les facultés de médecine à l'heure actuelle. D'ailleurs certains carabins jouent dans leurs ridicules séances de bizutage, qui montrent leur élévation intellectuelle à cet âge, avec les pièces détachées qu'on leur fournit.
    Enfin, pour vous rassurer, il n'y a strictement rien à enseigner, les barbituriques sont le moyen idéal du suicide et ils ont été interdits d'accès pour cette raison, ce n'est même pas de la médecine, c'est l'utilisation empirique d'une substance pharmaceutique.

    A mort tous ceux qui me refusent la mort !
    NCO

    RépondreSupprimer
  72. Je veux juste réagir aux propos majoritairement "pro-zémmouriens" de ce blog.

    Zemmour n'est pas un imbécile, d'accord, il est très cultivé, toujours d'accord, mais quand on sort de là, il a souvent (pas toujours heureusement) des choses négatives à dire sur les invités, leur bouquin, leurs idées politiques, ... On dirait que "SES" idées et ses avis sont les bons, ils ne se remet jamais en question. "Quand j'ai raison, on peut me démontrer de toutes les manières possibles que je me trompe, j'ai raison, point."

    Pour émettre un avis définitif à propos de l'euthanasie, je pense qu'il faut avoir vécu un drame qui tourne autour, pour discuter de l'avortement, pareil. J'ai vécu les deux dans ma famille. La dignité humaine s'en va au fur et à mesure que la douleur augmente. Souffrir d'une tumeur incurable, être dépendant de tout et de tous fait perdre sa fierté. Vivre la douleur au quotidien durant des mois, voire des années, sans espoir de rémission pousse à demander l'euthanasie. L'euthanasie n'est pas proposée par les médecins, ils ne poussent pas à cela (n'oublions pas le serment d'Hippocrate), mais ils sont humains et ont de la compassion pour leur prochain. L'euthanasie, en Belgique, doit-être demandée plusieurs fois, en présence de médecins et de psy, avant d'être avalisée et de permettre au patient de la demander le jour où il en ressent vraiment le besoin. Je sais qu'il est question d'une loi visant à permettre l'euthanasie de personne qui ne sont pas capables d'émettre cette demande personnellement. Je ne donnerai pas d'avis sur ce sujet, car je ne sais pas ce que je ferais si l'un de mes enfants se trouvait dans une situation telle qu'il ne puisse pas demander à mourir, mais que son avenir sur cette terre serait fait de souffrance de toute façon.

    Je le trouve de plus en plus "jésuite", de plus en plus à droite. Dernièrement, lors du week-end de lutte contre le sida, il était le seul sur le plateau à ne pas avoir le ruban rouge à la veste (n'ayant pas vu le début de l'émission, je ne sais pas s'il en a expliqué la raison).

    La compassion n'est pas une tare que je sache, mais on dirait que pour Zemmour, être dans l'émotion (pour un invité) et être compatissant à l'émotion de l'invité est une entorse grave à son quant-à-soi (surtout quand il s'agit de douleur de femmes). Dixit l'émission avec L. Boccolini où Daniel Piccouli a valeureusement pris la défense de Laurence.

    J'arrête ici, car je pourrais écrire une thèse sur Zemmour (et pas condescendante, mais n'ayant pas envie d'avoir toute la clique "pro-zemmourienne" sur le dos.

    Sur ce, je vous salue.

    PS : bien vu NICO, j'ai beaucoup aimé ton com...

    Christine

    RépondreSupprimer
  73. S'il est un service à rendre à quelqu'un c'est de le critiquer.

    RépondreSupprimer
  74. Oui ! C'est ainsi qu'il faut voir les choses. Il ne faut pas prendre pour argent comptant tout ce que Truc ou Machin raconte au prétexte qu'il passe à la télévision le samedi soir et qu'il écrit des articles dans certains journaux.

    Accordons à cet homme le statut de simple mortel et tout ce qu'il y a lieu de l'être sera de lui mieux accepté, voir plus surement pardonné.

    Amen

    RépondreSupprimer
  75. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  76. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  77. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  78. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  79. Bonjour (ou bonsoir à tous). Lorsque monsieur de Closets s'offusque du fait que le principe moral de ne pas tuer soit religieux (et bien évidemment, Eric Zemmour tenterait de l'imposer, comme à chaque fois qu'une idée différente est émise et d'autant plus lorsque cela est lié de près ou de loin à une ou plusieurs religions), oublie-t'il que le mariage monogame, le dimanche férié (sans parler du 25 décembre etc...) proviennent d'une religion?
    Ne pas voler est aussi un principe présent dans les religions. S'en offusque-t-il?
    Sans vouloir faire de comparaison trop hative et stupide, je rappelle (d'abord que le mot compassion signifie "souffrir avec", et non pas tuer...) que parmi plusieurs dictatures, le National-Socialisme tuait les handicapés, et ce légitimé par un programme officiel nommé: "mort par compassion".
    Pardonnez-moi car cela vient après l'acquittement d'une mère ayant tué sa fille héndicapée, et donc, je suis tout autant marqué par cet évènement que par la discussion entre Eric Zemmour et monsieur de Closets.
    Bonnes réflexions!

    RépondreSupprimer
  80. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  81. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  82. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  83. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  84. Heureusement qu'il existe encore des gens comme Eric Zemmour pour oser aller à l'encontre de la pensée unique ambiante !

    Merci pour ça !

    RépondreSupprimer
  85. Pas d'accord avec Zemmour sur ce point et sur l'avortement. Même si Zemmour a souvent raison, je pense qu'il se trompe sur ce point ou en tout cas, il y a des bons arguments qu'on peut lui opposer.

    RépondreSupprimer
  86. "De Promeneur"-
    Pas d'accord non plus avec Zemmour,
    etre contre l'IVG,et contre L'Euthanasie.

    Ca fait trop (facho disent certains)moi je préfére encore le terme réactionaire.

    Pour le coté qu'on pourrait appeler (humaniste)
    Il faut aider les personnes qui sont dans de trop grandes souffrance physique a atténuer leurs douleurs,a les faire disparaitres dans la dignité.

    (et d'un point de vue cynique ça soulage les familles,ça libére des places d'hopitaux et coute moins chers a la socièté ).

    Pour conserver l'avortement.
    ça peut paraitre dangereux,dans une France/Europe ou les blancs ne font presque plus d'enfants,

    Mais il faut comprendre qu'aucun parti de droite nationale(Fn,De Villiers)
    ne se feras élire si il propose d'emblé de supprimer le droit a l'avortement!

    Non le mieux a faire serait de conserver ce droit (et une fois élu ne plus en faire de la promotion ostensible)

    Et de combler le reste,par une bonne politique familiale (pour les seuls Vrais Européens).

    A travers diverses aides d'états.

    Je ne donne que quelques exemples,
    mais voila le genre de politique que devras proner la Droite nationale si elle veut arriver au pouvoir un jour.

    RépondreSupprimer
  87. Du droit à partir dignement, je dirais le fruit de mon sentiment: c'est une affaire très personnelle.

    Et de rappeler ce que je disais précédemment et qui, comme tout ce que je dis, n'engage que moi.

    Heureux celui qui peut quitter la terre des hommes qui l'a bâti, sans laisser derrière lui des êtres éplorés, en ayant tout tenté, de ses forces tout donné ce qu'il pouvait.

    RépondreSupprimer

Vous êtes juridiquement responsable du contenu de votre commentaire.

Nous apprécions tous les commentaires et toutes les opinions. Toutefois, le langage "SMS" n'a pas sa place ici. Nous vous remercions de rédiger votre message de façon à ce qu'il soit lisible, argumenté et compréhensible pour tout le monde.
Nous vous demandons également de rester dans le sujet de l'article concerné.

Les attaques personnelles, la diffamation, les propos racistes, le spam, les liens vers d'autres sites ainsi que tout ce qui peut être répréhensible au regard de la législation Française n'ont pas leur place ici. Les commentaires peuvent donc être soumis à validation ou supprimés sans préavis.