dimanche 15 juin 2008

Zemmour dans "Ca se dispute" sur I-télé, le 13 Juin 2008




Emission du vendredi 13 Juin 2008.

Au sommaire :
- Fillon, la force tranquille ?
- Sarko marionnettiste du PAF ?
- Les Chirac sont-ils éternels ?

Merci à Romain C. pour la mise à disposition de la vidéo.

18 commentaires:

  1. De rien, bon débat :)

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Ce débat n'a pas la vertu à me passionner. Pour l'instant, il ne me porte pas !

    Je tenais à le faire savoir, pour le "fun" de la remarque... qui n'amuse que moi...

    Aveu:
    Je suis très égoïste dans mes conversations, en vérité.
    Je leurs réserve - ce que les autres ne font pas - un intérêt que j'ai toutes les frayeurs du monde à voir battre en brèche, tant je sais et j'appréhende la nature du monde des idées dans son essence fragile.

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  12. S'il était avéré qu'il en soit ainsi, que le chef d'un état démocratique ait pu avoir de l'influence à ce qu'un journaliste quitte ses fonctions, il y aurait alors beaucoup à redire (de ce plus haut représentant de l'État) à ce qu'il y demeure dans sa pleine légitimité.
    S'il peut être du pouvoir d'un homme investi par les suffrages de mettre à bas les droits d'un journaliste investi par les masses à s'exprimer, quel qu'il soit - qu'en est-il des dérives possibles de cette démocratie ?
    On aurait tord de battre à la légère la prérogative de cet homme qui par là s'avilit à commettre le crime par lequel les pires et les plus illustres de ces monarques ont trop souvent eu la tentation à s'imposer.
    Qu'un PPDA disparaisse, il en repoussera toujours quelques clones fabuleux qui auront pris racines à son pied, s'y seront nourri de quelque manière.
    Bien que son journal de 20 heure ne fut jamais des plus révolutionnaire, qu'il ne transcenda sur aucun autre vraiment, j'affirme néanmoins qu'il n'est pas de l'avantage de cet homme de pouvoir,en sa qualité présidentielle, garant des libertés, de se méprendre à jamais y jouer de son influence.

    Mémoire posthume:
    Cependant, que ceux qui (issus du Mitterrandisme) s'en offusquent se souviennent, avant de dresser leur potence, du sort que fut réservé par l'intervention de François Mitterrand à un certain Yves Stanislas Jean Benoît Marie Mourousi, alias Yves Mourousi qui dans les année 80 avait su se rendre illustre dans la présentation (hors cadre) de son Journal du 13 heures sur TF1.
    Ce journaliste à qui nous devons, par son audace et sa témérité, une présentation du journal télévisé des plus originale, des plus vivante, jamais jusqu'ici égalée, avait selon moi le mérite d'un regret que nous, auditeurs, téléspectateurs n'avons jamais suffisamment exprimé.

    Mais, faut-il encore qu'il en soit ainsi ? On ne saurait se satisfaire de probabilités quand la science de l'exactitude est requise sur de telles causes où la liberté de la presse est l'enjeu !

    RépondreSupprimer
  13. Mais en France les journalistes sont les valets des politiques, c'est assez connu, la structure des médias francais s'y prete bien, ca choque parfois a l'etranger.
    (Mais bon a l'etrangers, il y a d'autres tares...)

    RépondreSupprimer
  14. Ce que vous dites possède de terribles accents de vérités.
    Il n'en demeure pas moins que cela est inacceptable !
    Mis à part "Charlie Hebdo" et le "Canard Enchaîné", la presse est très partie prenante. C'est ce qui la mine. "Le Monde", "Libération" sont au bord de la faillite faute de lecteur. "Charlie Hebdo", son principal défaut est de ne pas avoir assez de pages ! Il est bien maigre pour ce qu'il coûte et c'est dommage !

    RépondreSupprimer
  15. C'est une histoire de structure de la presse en France et de mentalité.

    Dans certains pays on traite les journalistes francais de "chiens" des politiques.

    Et vous avez raison, la crise de la presse n'arrange rien.D'où l'interêt(Avec ses limites) d'internet (pour l'instant).

    RépondreSupprimer
  16. L'analyse de Zemmour est fine est perspicace comme souvent

    RépondreSupprimer
  17. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  18. zemmour est un homme d'une intelligence subtil, il ferait du bien en tant que président. on en a marre de toutes ces racailles en france et sarkozy s'est bien foutu de notre gueule alors la prochaine c'est le FN qui vaincra!

    RépondreSupprimer

Vous êtes juridiquement responsable du contenu de votre commentaire.

Nous apprécions tous les commentaires et toutes les opinions. Toutefois, le langage "SMS" n'a pas sa place ici. Nous vous remercions de rédiger votre message de façon à ce qu'il soit lisible, argumenté et compréhensible pour tout le monde.
Nous vous demandons également de rester dans le sujet de l'article concerné.

Les attaques personnelles, la diffamation, les propos racistes, le spam, les liens vers d'autres sites ainsi que tout ce qui peut être répréhensible au regard de la législation Française n'ont pas leur place ici. Les commentaires peuvent donc être soumis à validation ou supprimés sans préavis.